L’Odyssée

odys

Fiche : 

Résumé :

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.

Ma Critique :

Réalisateur de la saga « Largo Winch », Jérôme Salle est un grand admirateur du commandant Cousteau depuis son jeune enfance. Souvenez-vous… Cet homme avec son bonnet rouge, de la Calypso et de ses expéditions sous-marines… Non franchement, pour tout vous avouer je ne le connaissais pas avant d’avoir vu le long-métrage « l’Odyssée » ! C’est donc la nouvelle œuvre de Jérôme Salle, un biopic dramatique sur l’histoire familiale de Jacques-Yves Cousteau de ses aventures maritimes, ainsi que de sa grande invention : le scaphandre autonome, pièce essentielle à la plongée sous-marine moderne. Avec un budget conséquent de trente millions d’euros, le réalisateur a voulu faire découvrir sa passion à son fils mais aussi au grand public en nous offrant un magnifique résultat visuel avec de belles images, de beaux décors sous-marins et terrestres mais aussi un scénario assez intéressant pour sa vision moralisatrice et surtout dénonciatrice. Malheureusement, on pourra reprocher un rythme vraiment instable, avec de nombreuses longueurs et très peu de rebondissements. L’histoire est certes intéressante mais parait cruellement ennuyante durant certains passages à cause de ce rythme très mal géré. C’est l’heure de la critique, avec MediaShow !

Un aspect visuel extraordinaire.

Avant d’aborder les qualités et les défauts scénaristiques, intéressons-nous tout d’abord à l’aspect visuel du film. C’est probablement le gros point fort du long-métrage, ce dernier étant avant tout un véritable spectacle oculaire. Il a été tourné aux quatre coins du monde, de la Croatie, à l’Afrique du Sud et l’Antarctique, en passant par les Bahamas. Des conditions assez difficiles de tournage étaient donc prévues par l’équipe technique pour certaines scènes. Au final, l’ensemble visuel est magnifique avec un énorme travail très rigoureux. Le capitaine Cousteau nous embarque à bord de son bateau et nous fait découvrir des destinations et paysages très appréciables. Le cadrage et la photographie sont impeccables, nous offrant de belles images de ces décors naturels agréables. Nous découvrons également la beauté des fonds des océans grâce à la plongée. Le silence « aquatique » ainsi que la découverte des paysages aquatiques (poissons, requins, majestueuses baleines, raies, végétation, grottes, etc.) nous font voyager dans un monde vraiment fabuleux.

Cependant, Jérôme Salle a tout de même eu recours aux effets spéciaux numériques pour réaliser certains plans en Antarctique. En effet, de nos jours, il est interdit de naviguer avec des bateaux peu résistants à la glace, notamment le Calypso. Le résultat reste néanmoins très satisfaisant. D’autre part, les costumes sont assez bien conçus et restent surtout vraiment fidèles à la tenue originale, comme par exemple avec le fameux bonnet rouge. Les maquillages ont bien été travaillés, notamment pour Lambert Wilson ainsi qu’Audrey Tautou qui ont dû être bien « pomponnés » pour se faire vieillir. Puis, la reproduction du Calypso est vraiment remarquable, un magnifique bateau ! Enfin, pour terminer, la bande sonore, bien que calme, nous offre un moment de détente et même parfois très fidèle à l’époque où se passe l’histoire. Un brin de nostalgie ! Passons à présent au scénario.

Une histoire intéressante… sans rythme !

C’est bien beau d’avoir un long-métrage spectaculaire sur l’aspect visuel mais qu’en est-il du scénario ? A quoi faut-il s’attendre ? Tentons une approche délicate. Le film est donc un biopic dramatique où le scénario aborde l’histoire familiale et professionnelle de Jacques-Yves Cousteau, un homme connu pour avoir créé le principe du scaphandre autonome. On le suit au travers de ses différentes expéditions maritimes, durant le tournage de ses films, durant ses négociations face aux géants Américains mais on peut également observer l’évolution de son comportement psychologique face à l’argent. Le scénario semble donc assez riche en contenu.

Tout d’abord, il est intéressant de bien comprendre la personnalité du célèbre marin au bonnet rouge et sa recherche de notoriété très intense. L’argent peut facilement changer une personne et c’est bien ce que nous montre cette histoire. Le défaut du commandant,  égocentrique, est donc très bien illustré surtout au sein de sa famille, élément très indispensable puisqu’il maintient le fil conducteur central du long-métrage. Rivalité, disputes, fraternité et tensions dramatiques seront donc au rendez-vous ! D’autre part, le scénario est assez moralisateur et dénonciateur, un autre point plutôt positif. En effet, bien que le sujet soit très d’actualité, le film dénonce parfaitement les atrocités de l’Homme sur la nature qui l’entoure. De nombreuses scènes assez choquantes illustreront ce propos. Puis, en abordant l’autre facette du commandant Cousteau à savoir son orientation vers l’écologie et la protection de la planète, le scénario est donc assez complet et amené avec finesse.

Cependant, bien qu’il soit assez complet, le scénario manque cruellement de rythme ! C’est donc le gros défaut qui lui porte préjudice. La première partie du film traine en longueur et manque véritablement de passion, tandis que la deuxième arrive tant bien que mal à remonter la pente grâce à l’engagement écologique du commandant Cousteau. D’autre part, les scènes de dialogues sont très mal réparties, se retrouvant donc parfois avec des discours interminables et d’un accent anglais assez « particulier ». Le film manque également d’ « aventures ». Il est vrai que l’on découvre de magnifiques paysages mais l’enthousiasme des personnages, sans émotions visibles et mal développés pour certains, n’est pas au rendez-vous et le scénario se concentre trop sur les querelles familiales que sur les expéditions. Enfin, il aurait probablement été plus judicieux de ne pas diffuser la première séquence, nous révélant plus ou moins le dénouement. Dommage ! Ainsi, le scénario est donc assez riche en contenu. Cependant, son rythme vient compromettre sa véritable réussite, provoquant un certain ennui chez le spectateur.

Pierre Niney est remarquable.

Pour terminer côté casting, Jérôme Salle s’en sort plutôt bien dans ses choix ! Le démarrage du film se focalise sur le couple Cousteau, interprété par Lambert Wilson et Audrey Tautou. Les deux acteurs effectuent une belle prestation, bien que l’on puisse reprocher un jeu un peu trop expressif de la part de Lambert, acteur de théâtre, qui ne colle pas parfois à son personnage. Mais rien de bien grave, rassurez-vous ! Puis, le film se positionne rapidement sur le duo père et fils, interprété par Pierre Niney. Et franchement… l’acteur m’a complètement bluffé. Explosif, ce jeune acteur a une future carrière très prometteuse car son interprétation est tout bonnement incroyable. Il a le don de pouvoir dégager à la fois de l’émotion et de la colère, ce qui est plutôt difficile à maîtriser mais le réussit parfaitement. Un grand charisme de la part de Pierre Niney, bravo ! Enfin, les rôles secondaires sont corrects avec Laurent Lucas, Benjamin Lavernhe dans le rôle du deuxième fils du commandant ou encore Vincent Heneine dans le rôle de Falco.

Pour résumer… Réalisateur de la saga « Largo Winch » et grand admirateur du commandant Cousteau depuis son jeune enfance, Jérôme Salle réalise ce biopic dramatique, avec comme principal atout son aspect visuel extraordinaire. Le portrait du commandant Cousteau est juste. La photographie, les décors et les animaux sont tout simplement magnifiques. Cependant, bien qu’il soit riche en contenu, le scénario manquera cruellement de rythme et d’ « aventure », se focalisant trop sur les querelles familiales. Enfin, le casting est correct avec un Pierre Niney vraiment étonnant ! Un film à voir pour sa beauté visuelle.

Ma note : 14/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s