Wonder Wheel

affiche_wonderwheel.jpg

Fiche : 

Résumé :

Wonder Wheel croise les trajectoires de quatre personnages, dans l’effervescence du parc d’attraction de Coney Island, dans les années 50 : Ginny, ex-actrice lunatique reconvertie serveuse ; Humpty, opérateur de manège marié à Ginny ; Mickey, séduisant maître-nageur aspirant à devenir dramaturge ; et Carolina, fille de Humpty longtemps disparue de la circulation qui se réfugie chez son père pour fuir les gangsters à ses trousses.

Ma Critique :

Après l’excellente comédie dramatique « Café Society » en mai 2016, le célèbre réalisateur Woody Allen revient pour cette année 2018 avec « Wonder Wheel », le 47ème long métrage de sa grande carrière. Pour ce drame, l’homme a décidé de situer l’action autour de la grande roue de Coney Island au sud de Brooklyn, un lieu dont il a toujours épouvé une grande tendresse.

Au casting, nous retrouverons Kate Winslet, James Belushi ou encore le chanteur Justin Timberlake. Réussite ou échec ? Verdict d’après-séance dans cette nouvelle critique sur MediaShow !

Un casting porté brillamment par Kate Winslet !

Premier point positif, les acteurs et les personnages. En effet, « Wonder Wheel » met principalement en vedette Kate Winslet, élégante et vraiment en forme dans son rôle. Son jeu d’actrice est excellent dans sa diversité en interprétant le personnage de Ginny, une serveuse en manque d’affectation masculine et dont son rêve d’actrice est brisé. A ses côtés, les autres acteurs suivent brillamment son jeu et nous délivrent de très bonnes interprétations. Je pense notamment à Justin Timberlake qui est franchement étonnant dans le rôle de Mickey, un maître-nageur dramaturge (mais également en tant que voix-off), et donc très convaincant. Sans oublier James Belushi et Juno Temple !

Bref… Woody Allen nous propose un très bon casting ! Enfin, à noter que les personnages, tout comme les acteurs, sont très bons et bien développés, complexes et tourmentés et surtout jamais stéréotypés. Un certain attachement pour ces personnages apparaît tout au long de l’histoire. Par ailleurs, on prend un malin plaisir à suivre leurs mésaventures qui, comme dans toute film du genre, se pencheront progressivement vers un inévitable drame.

Intéressant mais pas le meilleur de Woody Allen…

Ce premier point positif vient contrebalancer le scénario, qui n’est pas exceptionnel. Il n’est pas si mauvais car ce dernier demeure intriguant avec une histoire passionnante d’un triangle amoureux burlesque. En effet, le film se regarde facilement et on est vite embarqué dans ce drame. Mais… on a connu beaucoup mieux de la part de Woody Allen dans le domaine, tels que « Match Point » en 2005, « Café Society » en 2016 ou encore « L’Homme Irrationnel » en 2015. Ce nouveau drame ne comptera pas, selon moi, parmi les meilleures réalisations du cinéaste New-yorkais.

Tout d’abord, le scénario est beaucoup trop prévisible à mon sens. Le film ne ménage pas assez de surprise et de rebondissements efficaces, car on voit rapidement ce qui va se produire, tant au niveau des rencontres, des sentiments de ce triangle amoureux que du dénouement. Néanmoins, il est parfois amusant d’observer la réaction des personnages, avec une légère touche d’humour fort agréable. Mais l’ensemble manque tout de même de profondeur. D’autre part, le scénario dispose de dialogues riches et pertinents mais le film est beaucoup trop bavard. En revanche, Woody Allen choisit une nouvelle fois l’option de la voix-off pour nous introduire l’histoire, et c’est encore un très bon choix de sa part. Enfin, j’ai particulièrement apprécié la symbolique de la grande roue « Wonder Wheel » qui représente la complexité de la vie de Ginny. Très belle image ! Finalement, il y a du bon et du moins bon !

Un univers toujours aussi agréable.

Enfin, l’univers proposé par Woody Allen est toujours aussi plaisant. Cette fois-ci, le spectateur se retrouve dans une bonne ambiance de fête foraine au cœur des années 50, avec un cadre fascinant : celui de Coney Island à New York. L’odeur de la barbe-papa n’est pas très loin ! En effet, la reproduction visuelle est grandiose, à la fois colorée, bondée et obnubilant. Le jeu de lumières de cette fête foraine est excellent et apporte toute l’esthétique à ce film. Les costumes sont d’époque. Enfin, la bande originale est très nostalgique, accompagne parfaitement l’histoire et reflète clairement le style de Woody Allen. Une mise en scène irréprochable !

Pour résumer… « Wonder Wheel » n’est certainement pas le meilleur drame du cinéaste New-yorkais Woody Allen. Malgré un scénario prévisible et trop bavard, l’histoire de ce triangle amoureux demeure passionnante avec des personnages attachants, une mise en scène nostalgique et un très bon casting. Rien de transcendant mais ça se laisse regarder !

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 3etoiles
Note pour la direction artistique : 4etoiles
Note pour le casting : 4etoiles

Note Globale :

14/20


La bande-annonce du film :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.