Midsommar

midsommar

Fiche :  

Résumé : 

Dani et Christian sont sur le point de se séparer quand la famille de Dani est touchée par une tragédie. Attristé par le deuil de la jeune femme, Christian ne peut se résoudre à la laisser seule et l’emmène avec lui et ses amis à un festival estival qui n’a lieu qu’une fois tous les 90 ans et se déroule dans un village suédois isolé. 

Mais ce qui commence comme des vacances insouciantes dans un pays où le soleil ne se couche pas va vite prendre une tournure beaucoup plus sinistre et inquiétante.

Ma Critique : 

Après le percutant film horrifique « Hérédité », le réalisateur Ari Aster nous propose cette année son deuxième long-métrage d’épouvante : « Midsommar ». Est-il parvenu à nous surprendre une nouvelle fois avec son style si particulier ? Quel est le verdict de ce film ? La réponse dans cette nouvelle critique sur MediaShow !

L’info’ à retenir : Après Noël, la Saint-Jean (Midsommar) est la plus grande fête suédoise. Pour certains, c’est même la plus importante : des fleurs dans les cheveux, des danses autour d’un mât, des chants, du schnaps aromatisé, etc. Tout cela fait une excellente journée. Sauf peut être dans le film de Ari Aster… 😊

Une mise en scène atypique.

Avec une bande-annonce très mystérieuse, « Midsommar » semble se positionner comme le film d’épouvante de l’été. Et comme pour « Hérédité », Ari Aster nous propose un style très particulier qui s’éloignent des codes « classiques » de l’horreur comme on a l’habitude de voir au cinéma (comme par exemple : « Conjuring », « Annabelle », et bien d’autres). Un style qui n’est pas forcément apprécié auprès des spectateurs, ce qui explique les critiques assez hétérogènes.

Malgré ses quelques défauts, je fais parti du public ayant été surpris par ce long-métrage. Mais, selon moi, « Midsommar » est avant tout une expérience visuelle et sonore dans son registre (celui de l’épouvante) En effet, à l’opposé de « Hérédité » qui se déroulait dans une ambiance sombre, la mise en scène de « Midsommar » est éblouissante et surtout très soignée, avec des décors lumineux (une belle exploitation de la lumière) et coupés du monde, une direction artistique très recherchée autour du folklore scandinave (dans les costumes, le langage, les coutumes, etc.), et enfin avec une bande sonore malsaine et véritablement angoissante ! Et de nombreuses scènes pourront choquer certains spectateurs : malsaines, gores, dérangeantes. C’est ce qui rend ce film si percutant sur le plan esthétique et pour le coup qui aura le mérite d’être original dans son registre !

Une étrange fête…

Il est vrai que le scénario de « Midsommar » est très indigeste et nous change des films d’épouvante habituels. Le film présente une ambiance malsaine, glauque et vraiment dérangeante. Mais au-delà des scènes choquantes et des pratiques rituelles de cette secte, j’ai particulièrement apprécié le travail sur le développement du personnage principal : Dani. En effet, après une introduction percutante, cette jeune femme devra faire face à des visions douloureuses de son tragique passé familiale tout au long de l’histoire. Cela permet en quelque sorte d’amplifier l’ambiance dérangeante du film. Le réalisateur explore ainsi une autre vision de l’épouvante, plus psychologique et moins effrayante – du style « jump scare » / apparition soudaine comme on a l’habitude de voir au cinéma.

D’autre part, la réalisation est assez lente avec un rythme qui monte très progressivement, un peu à la manière de « Shining ». Le film est accentué par de nombreuses scènes gores et malsaines. Sont-elles utiles pour le scénario ? C’est un débat intéressant à soulever. Pour ma part, elles sont pertinentes et permettent de mettre en lumière les dérives sectaires. Enfin, le film se conclut sur un dénouement renversant. Le point négatif : un manque de profondeur sur les origines de cette secte suédoise. Bref… « Midsommar » présente un scénario qui ne pourra pas plaire au grand public, mais personnellement j’ai été pris dans cette histoire renversante.

Une actrice talentueuse !

Pour la distribution, le réalisateur Ari Aster s’entoure d’acteurs et actrices talentueux. Le casting est brillamment mené par la jeune Florence Pugh, révélée par « The Young Lady ». Son interprétation est excellente avec un tourbillon d’émotion qu’elle transmet parfaitement à l’écran. A ses côtés, le trio formé par Jack Reynor, Will Poulter et William Jackson Harper est honorable avec de bonnes prestations ! Chacun d’entre eux campe un rôle qui leur correspond : le peureux, l’arrogant et le mordu de culture scandinave. Enfin, les acteurs secondaires dans leur rôle respectif de villageois doivent être aussi soulignés.

Pour résumer… « Midsommar » est un film d’épouvante très particulier. Que l’on apprécie ou non le scénario, on ne pourra qu’être impressionner par la mise en scène lumineuse, percutante et qui réussit à se démarquer dans son registre mais également par un casting talentueux. Une belle expérience cinématographique dans le registre de l’épouvante qui vaut le détour (interdit au moins de 16 ans, et non 12 ans à mon humble avis !)

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 3etoiles12
Note pour la mise en scène : 4etoiles
Note pour le casting : 4etoiles

Note Globale :

15/20


La bande-annonce du film :
 

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.