Proxima

proxima.jpg

Fiche :  

Résumé :

Sarah est une astronaute française qui s’apprête à quitter la terre pour une mission d’un an, Proxima. Alors qu’elle suit l’entraînement rigoureux imposé aux astronautes, seule femme au milieu d’hommes, elle se prépare surtout à la séparation avec sa fille de 8 ans.

Ma Critique : 

Cette dernière décennie, nous avons pu assister à la sortie de nombreux films de science-fiction dans l’Espace au cinéma : d’excellentes œuvres comme « Interstellar » et « First Man », du pur divertissement avec « Les Gardiens de la Galaxie », « Seul sur Mars » et « Life : Origine Inconnue », et enfin de véritables navets comme « Gravity », « Ad Astra » et « Passengers ».

Parmi tous ces longs-métrages, rares sont ceux à s’être intéressé à la préparation physique et psychologique d’un astronaute. La réalisatrice française Alice Winocour nous propose cette thématique dans son nouveau film « Proxima », avec la talentueuse Eva Green dans le premier rôle. Verdict d’après-séance dans cette nouvelle critique sur le blog de MediaShow !

Devenir astronaute.

Alice Winocour réussit un pari assez ambitieux : présenter le métier d’astronaute à travers le regard d’une femme : Sarah Loreau (également mère d’une petite fille de 9 ans) et montrer le machisme du milieu spatial. La réalisatrice nous offre une histoire très émouvante et d’une grande finesse sur l’écriture. Les personnages sont très bien développés avec, en premier lieu, l’astronaute Sarah et les épreuves qu’elle va rencontrer dans sa vie personnelle et professionnelle pour réaliser son rêve, mais également sa fille Stella et la difficulté à exprimer réellement ce qu’elle ressent pour sa mère : admiration, frayeur et angoisse. La relation mère-fille est d’ailleurs très touchante (le dernier film qui m’avait également touché sur ce genre de relation remonte à 2017, avec « Mary »).

Mais le véritable exploit, c’est de nous proposer un scénario qui trouve un parfait équilibre entre, d’un côté, l’aspect documentaire – très réaliste – sur l’entraînement des astronautes et leurs relations professionnelles et, de l’autre, l’aspect dramatique sur la relation fusionnelle entre Sarah et sa fille Stella. A noter également que le rythme du film est maitrisé, avec une pondération sur les scènes de dialogues, d’entraînement et d’émotion. Ainsi, Alice Winocour se démarque des autres films de l’Espace en restant les pieds sur Terre avec un drame poignant qui s’intéresse davantage à l’humain plutôt qu’à la conquête spatiale. Le film se conclut sur un dénouement honorable, avec quelques images d’archives très intéressantes sur les femmes astronautes.

Une fiction… réaliste !

La mise en scène est également une réussite. Le film a été réalisé avec l’aide de l’ESA (European Space Agency), ce qui a permis à toute l’équipe technique d’accéder au centre d’entrainement de Cologne, la ville fermée de Star City à Moscou et enfin le Cosmodrome de Baikonour. Au cours de l’histoire, on y découvre les nombreux exercices d’entraînements que les astronautes effectuent au quotidien. Les scènes sont filmées avec beaucoup de réalisme. Pour contrebalancer ce côté documentaire (très intéressant il faut le souligner), Alice Winocour nous offre également de magnifiques moments de complicité entre Sarah et sa fille, ainsi que quelques scènes intimes avec Eva Green. Enfin, la bande originale est honorable et colle à l’ambiance du film.

La talentueuse Eva Green

La distribution est brillamment portée par Eva Green qui signe l’un des plus beaux rôles de sa carrière. L’actrice nous propose une interprétation juste et bouleversante dans un rôle qui correspond à sa personnalité. Elle est accompagnée de la jeune Zélie Boulant-Lemesle, également superbe pour son premier rôle au cinéma. Une véritable alchimie opère entre les deux actrices ! Parmi les seconds rôles, on pourra citer : Matt Dillon, convaincant dans le rôle de l’astronaute américain et Lars Eidinger, discret dans le rôle de Thoma mais dans l’ensemble convaincant.

Pour résumer… Bien loin des films de science-fiction, Alice Winocour nous offre un beau long-métrage « Proxima » afin de nous sensibiliser sur la place des femmes dans le milieu spatial. Le drame fait preuve de réalisme avec une mise en scène soignée. De l’autre, l’histoire de cette mère et sa fille est bouleversante, portée par un magnifique casting : la talentueuse Eva Green et la jeune Zélie Boulant-Lemesle. Une belle découverte !

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 3etoiles12
Note pour la mise en scène : 4etoiles
Note pour le casting : 4etoiles

Note Globale :

15/20


La bande-annonce du film :
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.