Invisible Man

1423227.jpg

Fiche :  

Résumé : 

Cecilia Kass est en couple avec un brillant et riche scientifique. Ne supportant plus son comportement violent et tyrannique, elle prend la fuite une nuit et se réfugie auprès de sa sœur, leur ami d’enfance et sa fille adolescente.

Mais quand l’homme se suicide en laissant à Cecilia une part importante de son immense fortune, celle-ci commence à se demander s’il est réellement mort. Tandis qu’une série de coïncidences inquiétantes menace la vie des êtres qu’elle aime, Cecilia cherche désespérément à prouver qu’elle est traquée par un homme que nul ne peut voir. Peu à peu, elle a le sentiment que sa raison vacille…

Ma Critique : 

Après le film d’horreur « Insidious 3 » en 2015 et le thriller de science-fiction « Upgrade » en 2018, Leigh Whannell se lance dans le mélange de ces trois registres avec « Invisible Man », un thriller alliant science-fiction et épouvante actuellement au cinéma.

Mené par Elisabeth Moss, qu’en est-il de ce long-métrage ? La réponse dans ce nouvel article sur le blog de MediaShow !

Un thriller haletant.

Pour son nouvelle réalisation, Leigh Whannell fait appel au célèbre producteur Jason Blum et à la société de distribution « Universal », qui l’inscrit dans son univers cinématographique : « Dark Universe » (La Momie, Dracula, etc.). Sortant de la salle, je dois avouer que je suis agréablement surpris du thriller « Invisible Man ». Voici trois raisons de le découvrir.

La première, c’est la façon d’utiliser cette figure maléfique : l’Homme Invisible. Bien loin d’une lambda histoire d’horreur, Leigh Whannell l’insère dans un contexte très intéressant : celui d’une femme hantée par son mari violent. En effet, après l’avoir quitté, Cécilia va se sentir menacée par une force invisible. Tout le film repose ensuite sur cette peur, cette angoisse et sur la douleur qu’elle va endurer. La tension est donc omniprésente et habilement gérée par le biais de rebondissements efficaces. Ainsi, cette symbolique autour de l’Homme invisible est donc originale.

La seconde, c’est le développement du protagoniste. Physiquement et psychologiquement torturée, Cécilia va devoir survivre face à la menace permanente de cette force invisible. Dès l’introduction, Leigh Whannell met en avant ce personnage plutôt que son mari, lui permettant de reposer son scénario sur cette femme. Tout au long de l’histoire, les émotions et le traumatisme de Cécilia sont parfaitement transmis aux spectateurs, apportant ainsi de la sensibilité. Le film se conclut sur un dénouement logique mais utile à l’ascension progressif du protagoniste très bien menée.

La dernière, c’est l’alliance de la science-fiction et de l’horreur. En effet, Leigh Whannell nous offre un scénario bien rythmé à l’ambiance pesante, avec des thématiques fortes (notamment le harcèlement et les relations conjugales). D’un côté, le film nous surprend avec un côté horrifique maîtrisé par le biais de jumpscares efficaces et de scènes très angoissantes (celle du grenier est la plus marquante). De l’autre, le réalisateur apporte une touche de science-fiction à son œuvre avec ce concept technologique de l’homme invisible très intéressant.

Une bande-sonore immersive !

Leigh Whannell propose une mise en scène soignée. Il parvient à renouveler le mythe de l’homme invisible en lui offrant un vent de modernité et une touche technologique recherchée. De plus, les effets spéciaux sont maîtrisés tout comme la lumière qui amplifie l’ambiance angoissante de l’histoire. Enfin, j’ai particulièrement apprécié la bande sonore. Faisant appel à de nombreuses tonalités stridentes, elle contribue également à l’atmosphère du film et elle est particulièrement immersive ! Un régal !

Une actrice investie.

Gros atout de ce thriller : Elisabeth Moss. L’actrice nous délivre une excellente performance et une interprétation assez large de son personnage Cécilia, jonglant habilement entre déséquilibre psychologique et femme victime. Face à elle, Oliver Jackson-Cohen (récemment vu dans la série « The Haunting of Hill House » sur Netflix) se fait discret mais voulu en raison de son personnage mystérieux.

Parmi les seconds rôles, Aldis Hodge est convaincant tout comme la jeune Storm Reid. Enfin, Michael Dorman crée la surprise dans le rôle de Tom Griffin.

Pour résumer… Leigh Whannell nous offre un thriller efficace et angoissant à la frontière de l’horreur et de la science-fiction. La mise en scène est soignée avec une conception de l’homme invisible très intéressante et le casting brillamment mené par Elisabeth Moss.

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 3etoiles12
Note pour la mise en scène : 4etoiles
Note pour le casting : 4etoiles

Note Globale :

15,5/20


La bande-annonce du film :
 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.