Le cas Richard Jewell

2410363.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Fiche :  

Résumé : 

En 1996, Richard Jewell fait partie de l’équipe chargée de la sécurité des Jeux d’Atlanta. Il est l’un des premiers à alerter de la présence d’une bombe et à sauver des vies. Mais il se retrouve bientôt suspecté… de terrorisme, passant du statut de héros à celui d’homme le plus détesté des Etats-Unis.

Il fut innocenté trois mois plus tard par le FBI mais sa réputation ne fut jamais complètement rétablie, sa santé étant endommagée par l’expérience.

Ma Critique : 

Après un thriller captivant « La Mule » en 2019 mais une grosse déception devant « 15h17 pour Paris » l’année précédente (2018), le célèbre Clint Eastwood âgé de 89 ans n’a pas dit son dernier mot sur le grand écran. Cette année, il décide de consacrer son nouveau long-métrage à l’histoire tragique de cet homme bienveillant chargé de la sécurité des Jeux d’Atlanta de 1996 : « Le cas Richard Jewell ».

C’est l’acteur Paul Walter Hauser qui endosse le premier rôle (récemment vu dans « BlacKkKlansman » de Spike Lee). Qu’en est-il de ce film dramatique ? La réponse dans ce nouvel article sur MediaShow !

Un drame poignant.

Avec « Le cas Richard Jewell », Clint Eastwood propose un drame palpitant dont je suis ressorti de la salle avec beaucoup d’émotion. Passionnante et enrichissante, l’histoire de cet homme est bien amenée et décortiquée dans les moindres détails afin de dénoncer ce système injuste dont il a été victime, initié par le Gouvernement qui cherche coûte que coûte à dénicher un suspect à cette affaire mais également par les médias avec cette journaliste en quête de gloire.

De plus, la construction narrative est solide. Clint Eastwood prend le temps de présenter les personnages et le contexte de ce fait divers. Le développement du protagoniste est minutieux, juste et permet d’éprouver de l’empathie pour cet agent de sécurité. Le réalisateur n’en oublie bien évidemment par les seconds rôles, tout particulièrement la mère de Richard et la relation fusionnelle qu’elle entretient avec son fils.

Notons également que le film traite habilement des thématiques fortes et dont Clint Eastwood y attache une place importante dans sa filmographie ces dernières années : l’héroïsme, l’injustice et la bureaucratie. La médiatisation est également frappante ! Enfin, le rythme du scénario est soutenu enchaînant scènes dramatiques, d’émotion et d’humour. L’ensemble est accompagné d’un fort suspens jusqu’au dénouement, donnant à ce long-métrage des traits de thriller. Un petit bijou signé Monsieur Eastwood !

Bien plus qu’un simple reportage…

La mise en scène du film « Le cas Richard Jewell » est très épurée. D’un côté, Clint Eastwood offre un côté « reportage » à sa réalisation avec l’utilisation d’images réels, essentiel pour apporter du réalisme à l’histoire. De l’autre, il nous plonge dans une ambiance sombre et intense, au cœur de cette polémique qui a frappé cet agent de sécurité.

Une partie de l’histoire se transforme rapidement en un huis-clos dans la maison familiale où les Jewell sont pris au piège par le FBI et les médias. Les sentiments de chaque personnage sont parfaitement retranscrits sur le grand écran avec cette sensation d’oppression et d’angoisse, que l’on peut également ressentir. Face à ces moments intenses, la complicité entre Richard et sa mère permet de réchauffer l’atmosphère avec des jolies instants de tendresse. Pour finir, Arturo Sandoval (le compositeur du film « La Mule ») propose une bande originale marquante… du grand Clint Eastwood !

Une interprétation mémorable !

Clint Eastwood s’entoure d’excellents acteurs pour son nouveau long-métrage. Pour le premier rôle, il fait appel à Paul Walter Hauser, encore méconnu sur le grand écran. L’acteur est très investi dans son rôle et offre une magnifique interprétation de Richard Jewell. Solitaire, vulnérable et très touchant, il parvient avec beaucoup d’humilité à nous transmettre les émotions de son personnage. Bravo à lui ! A ses côtés, Sam Rockwell crève littéralement l’écran dans le rôle de l’avocat déterminé Watson Bryant. L’acteur dégage un fort charisme. L’alchimie opère pour finalement former un duo mémorable et riche en émotion.

Le film repose également sur de très bons seconds rôles : Kathy Bates est bouleversante dans le rôle de Bobi, la mère de Richard. Olivia Wilde est impitoyable, détestable et remplie d’immoralité dans le rôle de la journaliste Kathy Scruggs – elle joue pleinement son rôle avec beaucoup de sang-froid. Enfin, Jon Hamm joue le rôle de l’agent du FBI, Tom Shaw, et nous offre une interprétation remarquable.

Pour résumer… « Le cas Richard Jewell » est un drame poignant réalisé par le grand Clint Eastwood. De l’émotion, de l’humour, de la tristesse… autant de sentiment dans un scénario mémorable, avec une mise en scène authentique et un casting remarquable porté par Paul Walter Hauser. Coup de cœur !

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 4etoiles
Note pour la mise en scène : 4etoiles
Note pour le casting : 5etoiles

Note Globale :

17/20


La bande-annonce du film :
 

 

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.