Le jeu de la Dame (Netflix)

 

0492330

Fiche :   

Résumé : 

En pleine Guerre froide, le parcours de huit à vingt-deux ans d’une jeune orpheline prodige des échecs, Beth Harmon. Tout en luttant contre une addiction, elle va tout mettre en place pour devenir la plus grande joueuse d’échecs du monde.

Ma Critique : 

Réalisée par Scott Frank et Allan Scott, « Le jeu de la dame » est une mini-série produit par Netflix et disponible sur la plateforme depuis le 23 octobre 2020. Elle est composée de 7 épisodes d’une durée moyenne d’une heure. Menée par Anya Taylor-Joy, qu’en est-il de cette série axée sur les échecs ? La réponse dans cette nouvelle critique sur MediaShow.

Échec et mat !

Adaptation du roman homonyme de Walter Tevis (publié en 1983), « Le jeu de la dame » propose une histoire très prenante et traite d’un sujet peu exploité dans les films et séries : les échecs. La série repose sur une écriture soignée et dense et, même si vous n’avez aucune connaissance dans ce jeu de société, vous serez transportés au cœur de cette aventure palpitante. Disons plutôt une quête avant tout personnelle pour Beth Harmon qui, malgré une enfance très difficile, se découvre une véritable passion grâce au concierge de son orphelinat : les échecs. C’est avec concentration que l’on suit cette histoire dotée d’un rythme soutenu et remplie de suspense.

D’autre part, la série prend également le temps d’introduire ce jeu complexe afin de ne pas perdre le spectateur grâce à une mise en scène immersive, mais nous y reviendrons plus tard. Les personnages sont attachants, tout particulièrement Beth. Son passé sombre, la découverte des échecs, ses relations amoureuses et amicales ainsi que son ascension sont décrits dans les moindres détails, apportant également une touche d’émotion à l’histoire. Les personnages secondaires ont également un rôle important pour chaque étape de la vie de Beth : sa mère adoptive Alma, son mentor Mr Shaibel, ses amis Harry et Jolene ainsi que ses adversaires Benny et Vasily Borgov. On notera ainsi un travail exceptionnel sur le développement des personnages.

Enfin, j’ai particulièrement apprécié l’objectivité présent au sein de cette série : aucun parti religieux ni politique, un profond respect entre les joueurs et aucun sous-entendu. On aurait pu s’attendre à une série très subjective puisque la femme est au centre de l’intrigue au cœur des années 60, en pleine Guerre Froide, et dans un milieu plutôt masculin. Mais, grâce à la justesse de l’écriture, le scénario ne tient aucun (ou très peu) propos féministe et machiste. Juste la beauté et l’art des échecs ! Et ça, c’est véritablement appréciable ! Finalement, cette mini-série se conclut sur un dénouement attendu mais tout à fait honorable. Une très belle découverte en cette fin d’année.

Une mise en scène immersive

« Le Jeu de la dame » propose une mise en scène captivante et qui réussit à se renouveler constamment entre chaque épisode. Elle permet de bien cerner, avec un peu de concentration, le mécanisme de ce jeu complexe grâce à un véritable sens du détail. Chaque partie d’échec est passionnante à regarder, avec différents plans permettant de rendre chacune d’entre elle unique. Par ailleurs, la représentation de l’imagination et la réflexion de Beth est originale et très bien exécutée : le plateau d’échec sur le plafond.

D’autre part, la reproduction de l’époque est formidable aussi bien dans la photographie, les décors, les costumes et les dialogues. Une immersion totale ! Enfin, la bande originale est magistrale et contribue activement au rythme soutenu ainsi qu’à l’ambiance de la série. Les musiques au piano sont d’ailleurs remarquables.

Une actrice talentueuse

Enfin, la série se démarquera grâce à sa belle distribution menée par la jeune et talentueuse Anya Taylor-Joy, découverte dans l’excellent « Split » en 2015. L’actrice nous offre une interprétation sensationnelle, avec beaucoup de classe et d’élégance. Ses nuances de jeu sont fabuleuses et reflètent la maturité de l’actrice face un rôle assez complexe. Enfin, les rôles secondaires de cette mini-série sont également portés par de formidables acteurs et actrices, tout particulièrement Thomas Brodie-Sangster, Marielle Heller et Harry Melling. 

Pour résumer… La mini-série « Le jeu de la Dame » est l’une des meilleures séries de l’année. Elle crée la surprise en traitant brillamment un sujet captivant et original : les échecs. L’écriture est soignée, les personnages sont attachants, la mise en scène est immersive et la distribution est portée par la jeune et talentueuse Anya Taylor-Joy. A ne pas manquer !

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 4etoiles
Note pour la mise en scène : 4etoiles
Note pour le casting : 4etoile12

Note Globale :

16,5/20


La bande-annonce du film :
 

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.