Wandavision – Saison 1 (Disney+)

3730739

Fiche :  

Résumé : 

WandaVision combine des éléments de sitcom traditionnelle à ceux de l’Univers Cinématographique Marvel. Wanda Maximoff alias Scarlet Witch et Vision sont des super-héros, vivant dans une banlieue idéalisée mais commençant à soupçonner que tout n’est peut-être pas ce qu’il paraît être…

Ma Critique : 

Diffusée dès le 15 janvier 2021 sur la plateforme de streaming Disney+, « WandaVision » est une mini-série composée de neuf épisodes (aucun renouvellement annoncé par Marvel pour une saison 2). Première série de l’univers cinématographique Marvel, il s’agit également de la première production télévisée de Marvel Studios, suite à la fermeture de Marvel Television.

La série « Wandavision » lance officiellement la phase IV du MCU. Verdict d’après-visionnage dans ce nouvel article sur le blog de MediaShow !

Un format originale et inattendu.

Depuis plusieurs années, le MCU et Disney ont occupé une place importante (que ça plaise ou non d’ailleurs) dans les salles obscures avec de nombreux blockbusters divertissants. Malheureusement, il faut bien l’avouer : le format de ces longs-métrages est resté souvent similaire, toujours très axé sur l’humour (trop ?) et l’action. Grâce à la série « Wandavision », les studios sortent enfin de leur zone de confort et prennent enfin des risques avec ce savant mélange entre l’univers des super-héros et les sitcom des années 50. Un véritable OVNI dans le registre fantastique !

Attention, il faudra s’armer de patience et faire preuve de persévérance pour réellement apprécier cette série. En effet, à mi-chemin entre « Ma sorcière bien aimée » et « The Truman Show », les trois premiers épisodes diffusés en noir et blanc sont surprenants, originaux et surtout rendent un bel hommage aux séries américains de l’époque. Très clairement, on ne sait pas où l’histoire va nous mener, il y a beaucoup d’audace et cette part de mystère est très plaisante.  Pour les plus indécis, rassurez-vous : c’est à partir du quatrième épisode que la série prend tout son sens et que la couleur fait son apparition.

Affiche

Chaque épisode avance d’une décennie à partir des années 1950 pour finalement se retrouver juste après les évènements d’Endgame. S’enchaîne alors de nombreuses références à l’univers Marvel (l’Ere d’Ultron, Civil War, Infinity War et Endgame) et un très bon développement des personnages de Wanda et de Vision. En effet, la série permet d’en apprendre davantage sur la Sorcière Rouge (ses origines, sa force et ses faiblesses). Face à elle, on découvre deux antagonistes : le S.W.O.R.D puis Agatha Harkness qui permettront de pigmenter le scénario avec quelques scènes d’action remarquables. Enfin, je relèverai deux points négatifs : le premier, c’est la durée des épisodes. Entre 25 et 40 min (seulement pour le dernier), c’est beaucoup trop court. Le second, c’est de ne pas davantage creuser / approfondi le personnage de Pietro Maximoff, interprété ici par Evan Peters (et non pas Aaron Taylor-Johnson).

Noir et blanc… Pourquoi pas !

Comme expliqué précédemment, la série « Wandavision » a pris de gros risques en proposant un contenu original et qui s’éloigne totalement du moule traditionnel des films Marvel Studios. La mise en scène est également singulière. La saison débute en noir et blanc au format 4:3, à l’image d’un sitcom des années 50. De quoi perturber le spectateur dès le premier épisode. Peu à peu, les couleurs réapparaissent et, afin de distinguer le monde créé par Wanda et la réalité, le format de l’image change également. Encore une fois, c’est un choix osé mais qui fonctionne très bien.

D’autre part, les effets spéciaux ont également une place importante dans cette série. Ils sont réussis et soignés, avec des scènes d’affrontements spectaculaires. C’est également l’occasion de découvrir davantage les pouvoirs de Wanda, et visuellement c’est remarquable. Enfin, composée par Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez (compositeurs de « La Reine des Neiges »), la bande originale est entraînante et en harmonie avec la mise en scène (mélange entre super-héros et sitcom).

Affiche

Un duo inséparable !

Elizabeth Olsen et Paul Bettany sont de retour, mais cette fois-ci sur le petit écran. Interprétant respectivement Wanda et Vision, le duo est très convaincant et une véritable alchimie opère dès le premier épisode. Leur complicité est appréciable, la bonne humeur semble être au rendez-vous et on voit très clairement que les deux acteurs sont investis dans leur rôle. « Wandavision », c’est également l’occasion pour Elizabeth Olsen de développer davantage son jeu d’actrice dans la peau de Wanda, alias la Sorcière Rouge. Elle offre une belle interprétation, à la fois sensible et charismatique. Face à eux, Kathryn Hahn se montre très coriace et joue parfaitement son double jeu. Enfin, parmi les seconds rôles, nous pourrons retrouver : Teyonah Parris, Evan Peters et Randall Park. Un casting plus qu’honorable !

Pour résumer… Après avoir semé le doute avec les trois premiers épisodes, « Wandavision » finit par séduire et nous embarque dans cette folle aventure aux côtés de Wanda et de Vision. Combinant des éléments de sitcom à ceux du MCU, cette mini-série Disney+ est originale et entraînante. A ne pas manquer !

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LA SERIE DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 3etoiles12
Note pour la mise en scène : 4etoiles
Note pour le casting : 4etoiles

Note Globale :

15,5/20


La bande-annonce du film :
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.