[Critique Film] American Nightmare 5 : Sans Limites, par MediaShow

 

3839757.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Fiche :   

Résumé : 

Adela et son mari Juan habitent au Texas, où Juan travaille dans le ranch de la très aisée famille Tucker. Juan gagne l’estime du patriarche Caleb Tucker, ce qui déclenche la jalousie de Dylan, son fils. La matinée suivant le déchainement nocturne de violence annuelle, un groupe masqué attaque la famille Tucker, dont la femme de Dylan, et sa sœur, forçant les deux familles à s’unir et organiser une riposte alors que le pays entier sombre dans la spirale du chaos et que les États-Unis se désagrègent petit à petit autour d’eux.
 

Ma Critique : 

« American Nightmare 5 : Sans limites » est le cinquième opus de la saga « American Nightmare » (« The Purge » en VO) qui a commencé en 2013 avec Ethan Hawke et Lena Headey. Réalisé par Everardo Cout et estimé à 18 millions de dollars (le plus cher de la saga), ce thriller horrifique signe la fin de « American Nightmare » après 5 films et 1 série sur Prime Video. Le scénario est quant à lui toujours écrit par James DeMonaco, qui a par ailleurs aussi réalisé les trois premiers films (le quatrième a été fait par Gerard McMurray) et créé la série.

Qu’en est-il de cet ultime volet ? La réponse dans cette nouvelle Media’Critique !

American Nightmare 5 : Sans limites: Josh Lucas

Sans limites !

Après un quatrième volet oubliable, James DeMonaco passe au niveau supérieur. Oublions les origines de la Purge et ses règles. Un nouveau concept voit le jour : « The Forever Purge ». Dans une Amérique post-Trump, une nuit par an ne suffit plus pour les assoiffés de sang et de justice. L’autorité fédérale est dépassée et les extrémistes poussent le massacre sans limites. Côté scénario, la première moitié du film se révèle particulièrement efficace dans ce chaos exponentiel avec une série d’épreuves plus prenantes et variées que dans les précédents opus. L’action se déroule au Texas, où la question des migrants à la frontière mexicaine est au coeur de la révolte avec cette frontière de béton construite par les Nouveaux Pères Fondateurs. Et plutôt que de simplement opposer les américains sur leur différence de couleur, le film va également faire l’effort de s’intéresser aux inégalités sociales et ainsi mettre en danger les plus fortunés qui exploitent les pauvres (ici avec ce Ranch de cow-boys).

Mais, comme les autres opus, il ne faut pas s’attendre à beaucoup de subtilité dans l’écriture ! Certes, la seconde partie de l’histoire exploite pleinement ce concept de Purge sans limites. La tension s’intensifie, notamment avec l’arrivée d’un adversaire acharné sur la route du petit groupe. Malheureusement, je m’attendais à plus de nouveautés mais l’histoire se poursuivra avec des enjeux réduits (avec cette chasse à l’homme) pour finalement se conclure sur un dénouement attendue, laissant les États-Unis se déchirer. Enfin, ce volet bénéficie tout de même d’un très bon rythme. Chaque minute est exploitée pour projeter le spectateur dans ce carnage social. Un ultime opus honorable et meilleur que son prédécesseur !

American Nightmare 5 : Sans limites

Un bal costumé ?

Côté mise en scène, Everardo Cout reprend les codes visuels de la saga : des scènes violentes et sans artifice, des couleurs sombres, des costumes provocateurs. On y retrouve d’ailleurs quelques fantaisies sur les costumes des personnes qui pratiquent la Purge, issus du Texas (l’homme sur l’affiche par exemple). Enfin, hormis l’alarme qui a fait le succès de cette saga, la bande originale est moins marquante que celle des précédents opus. Aucune réelle nouveauté.

Les cow-boys sont de sortie !

Ana de la Reguera se place en tête d’affiche de cette distribution. L’actrice offre une interprétation honorable dans le rôle de Adela, un des membres du groupe qui tentera de rejoindre la frontière mexicaine durant la seconde moitié de l’histoire. Elle est accompagnée de Tenoch Huerta, Josh Lucas, Leven Rambin ou encore de Cassidy Freeman. Une distribution plus attachante et crédible que celle du quatrième volet.

American Nightmare 5 : Sans limites: Ana de la Reguera, Josh Lucas, Tenoch Huerta

Pour résumer… Réalisé par Everardo Cout, « American Nightmare 5 : Sans limites » est un divertissement honorable, meilleur que le quatrième volet. Comme son titre l’annonce, le scénario pousse le concept de la Purge au delà des limites et nous offre, sans surprise, son lot d’action et de violence. La mise en scène reprend les codes de la saga, la distribution est correcte portée par Ana de la Reguera. Rien d’extraordinaire, mais c’est un volet qui plaira aux fans de la saga !

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 3etoiles
Note pour la mise en scène : 3etoiles
Note pour le casting : 3etoiles

Note Globale :

12/20


La bande-annonce du film :
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.