[Critique Film] Reminiscence, par MediaShow

 

3991427

Fiche :   

Résumé : 

Dans un futur proche, Miami a été submergé par les flots, suite aux effets du changement climatique. Un enquêteur privé, Nick Bannister, est engagé par des clients afin de retrouver leurs précieux souvenirs. Au cours de sa dernière affaire, il tombe éperdument amoureux de sa cliente. A sa disparition, le détective est désemparé et se lance à sa recherche. Il se retrouve alors perdu dans une boucle temporelle et découvre des aspects de sa personnalité qu’il ne connaissait pas auparavant.

Ma Critique : 

Créatrice de la série « Westworld » (avec son compagnon Jonathan Nolan, le frère de Christopher), Lisa Joy réalise son premier long-métrage : « Reminiscence ». A cet occasion, elle a fait appel aux collaborateurs qu’elle avait côtoyés sur « Westworld » : Paul Cameron (directeur de la photo), Howard Cummings (chef-décorateur), Mark Yoshikawa (chef-monteur), Ramin Djawadi (compositeur).

Mené par le duo formé par Hugh Jackman et Rebecca Ferguson, qu’en est-il de ce film ? Verdict d’après-séance dans cette nouvelle Media’Critique !

Reminiscence: Hugh Jackman, Rebecca Ferguson

Une curieuse ressemblance ?

Ce n’est pas un hasard si « Reminiscence » souffrira de nombreuses comparaisons avec « Inception » et « Westworld ». En effet, comme cité précédemment, Lisa Joy est également la créatrice de la série et son conjoint est le frère de Christopher Nolan. De plus, il y a de fortes ressemblances sur l’affiche et le concept de l’histoire. Pour autant, c’est un thriller romantique et de science-fiction sans prétention et qui se démarque grâce à son univers créatif. A mi-chemin entre polar noir et film futuriste, l’histoire se déroule dans un monde où les océans se sont emparés des métropoles. Le monde a été dévasté par les guerres et le réchauffement climatique. Vivre dans le passé, dans ses souvenirs est devenu un moyen de s’évader. C’est également devenu un véritable business et très utilisé dans des enquêtes policières.

A travers ce long-métrage, on y retrouve donc les codes du film noir : Nick est un enquêteur solitaire, ayant vécu la guerre, qui se montre naïf face à l’amour. Il est accompagné d’une voix-off pour exprimer ses pensées. Il y avait de multiples manières de traiter ce sujet de science-fiction, Lisa Joy a choisi la carte de la simplicité en articulant son histoire autour d’une enquête policière, d’un trafic de drogues mais également une histoire romantique. Nick devient prisonnier de sa création à la recherche de réponses sur la mystérieuse disparition de sa bien aimé. Une femme qui cache bien son jeu. L’intrigue de « Reminiscence » est bien ficelée et, malgré ses quelques longueurs, nous tient en haleine jusqu’au dénouement, riche en émotion et délivrant une belle morale. Le film nous offre également de beaux dialogues, très souvent dans la poésie. Enfin, ce thriller n’est pas exempt de défauts. En effet, le scénario repose sur un certain nombre de clichés propres au registre et qui auraient pu être évités : la femme fatale insaisissable, l’assistante contestataire ou encore les flics ripoux. Quelques scènes sont dispensables telles que l’affrontement entre Jackman et le ripoux.

Reminiscence: Rebecca Ferguson, Hugh Jackman

Un univers futuriste.

« Reminiscence » bénéficie d’une mise en scène créative : un univers futuriste immersif, des décors post-apocalyptiques et des costumes visuellement réussis, des effets numériques soignés. J’ai particulièrement apprécié la représentation visuelle de la « machine à souvenirs » (avec cet effet holographique). De plus, le film illustre également l’adaptation des humains face à cette crise écologique notamment sur les transports en commun ou la vie nocturne à cause de la chaleur. C’est visuellement très intéressant. Enfin, le film repose sur une bande sonore honorable très axée ambiance jazz. 

« Raconte-moi une belle histoire, mais arrête toi au milieu ».

La distribution est menée par le duo formé par Hugh Jackman et Rebecca Ferguson. Est-ce un petit clin d’œil au film « The Greatest Showman » ? Mystère et boule de gomme ! Quoiqu’il en soit, les deux acteurs nous offrent de magnifiques interprétations et l’alchimie opère une seconde fois. « Reminiscence » c’est également une belle histoire d’amitié entre Hugh Jackman et Thandiwe Newton (présente dans la série « Westworld »). L’actrice livre une belle et touchante interprétation. Enfin, parmi les seconds rôles, nous pourrons retrouver Angela Sarafyan qui a également participé à la série créée par Lisa Joy.

Reminiscence: Thandiwe Newton

Pour résumer… Difficile de comprendre les nombreuses critiques négatives autour du thriller « Reminiscence ». Porté par un excellent casting, ce long-métrage sans prétention nous offre une histoire romantique passionnante et justement rythmée grâce à cette enquête policière. Malgré ses quelques défauts, Lisa Joy délivre un scénario honorable ainsi qu’une mise en scène immersive.

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 3etoiles12
Note pour la mise en scène : 4etoile12
Note pour le casting : 4etoiles

Note Globale :

15,5/20


La bande-annonce du film :
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.