[Critique Film] Firestarter, par MediaShow

 

4299609

Fiche :   

Résumé : 

Depuis plus de dix ans, Andy et Vicky sont constamment entre deux déménagements pour échapper à une agence fédérale obscure qui cherche à capturer leur fille Charlie. En effet, celle-ci dispose d’une faculté extraordinaire de pyrokinésie dont l’agence aimerait se servir pour créer une arme de destruction massive… Andy a appris à sa fille à maîtriser sa colère ou sa douleur qui déclenchent son pouvoir. Mais Charlie a désormais 11 ans et elle a de plus en plus de mal à maîtriser ses émotions – et donc le déclenchement du feu. Lorsque l’agence découvre le lieu où elle et ses parents séjournent, un mystérieux agent est envoyé en mission pour traquer la famille et s’emparer de Charlie. Mais la jeune fille ne compte pas se laisser faire…

Ma Critique : 

Nouvelle production des studios Blumhouse, « Firestarter » est un thriller fantastico-horrifique réalisé par Keith Thomas, son deuxième long-métrage après « The Vigil » sorti en 2020. Ce film est tiré du roman Charlie de Stephen King, déjà adapté au cinéma en 1984 avec Drew Barrymore dans le rôle-titre. La jeune Ryan Kiera Armstrong lui succède dans cette nouvelle adaptation.

Qu’en est-il de ce long-métrage ? Verdict d’après-séance dans cette nouvelle Media’Critique, sans spoilers.

Firestarter: Michael
        Greyeyes

Un vide scénaristique.

Une production Blumhouse n’est pas souvent un gage de qualité. Pourtant dotée d’un fort potentiel (notamment sur la complexité psychologique des personnages de l’univers de Stephen King), la réalisation de Keith Thomas n’est malheureusement pas convaincante. Excepté l’introduction (bien que très courte), le film est bâclé dans son ensemble et ne cherche à aucun moment à approfondir chaque moment clé de l’histoire, restant ainsi sur un schéma narratif élémentaire du registre fantastique sans âme. Les personnages sont très peu développés : le rôle de Rainbird est risible et je suis d’ailleurs extrêmement déçu que le scénario ne se soit aussi peu intéressé à l’origine et à la maîtrise des pouvoirs de Charlie, perdant ainsi toute crédibilité autour du protagoniste. En effet, pendant plus de la moitié de l’histoire, la jeune fille rencontre énormément de difficultés à les contenir et, en l’espace de quelques minutes, elle réussit à dompter ses capacités sans aucune difficulté. Allez comprendre la logique…

D’autre part, et ce n’est très certainement pas la faute du réalisateur, l’utilité de cette nouvelle adaptation est inexistante à notre époque avec une n-ième histoire où le protagoniste est doté de super-pouvoirs. Pourtant, j’avais espéré que le film pouvait se démarquer dans le registre fantastique avec un peu d’originalité mais, finalement, le scénario plonge bêtement dans des clichés typiques notamment autour de cette méchante organisation et de ses membres. Décidément, les romans du célèbre écrivain américain Stephen King ne connaissent pas de gros succès critiques au cinéma…

Firestarter: Ryan Kiera
        Armstrong

Aucune ambiance.

Avoir l’espoir que la mise en scène puisse relever le niveau… c’est manqué ! C’est d’ailleurs assez étonnant de la part de Keith Thomas qui avait réussi à proposer un contenu visuel assez intéressant dans « The Vigil » mais qui, à travers cette réalisation, ne prend aucun risque et ne cherche jamais à installer une ambiance pesante. Il s’en tient simplement à jouer sur les effets spéciaux autour des pouvoirs de la protagoniste (et parfois c’est vraiment mauvais…) et de placer quelques ridicules jumpscares. Il faut oser pour classifier ce film dans le registre de l’horreur…  Retenons tout de même la formidable partition de John Carpenter.

Zac Efron, sérieusement ?

Zac Efron m’avait clairement bluffé en 2018 avec son excellente interprétation dans « The Greatest Showman ». Il est parfois également bon dans quelques comédies. Mais alors, pourquoi avoir été emballé par ce projet ? Sa prestation est très moyenne. A ses côtés, Ryan Kiera Armstrong est à mon sens insupportable dans le rôle de Charlie. C’est peut-être lié au caractère du personnage mais, personnellement, je n’ai pas accroché. Enfin, les seconds rôles sont oubliables.

Firestarter: Zac
        Efron

Pour résumer… La bande sonore de John Carpenter ne sauvera pas la mise du très mauvais « Firestarter ». Scénario bâclé, personnages sans âme, aucune originalité, une mise en scène fainéante et une distribution à recycler…

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 1etoile12
Note pour la mise en scène : 2etoiles12
Note pour le casting : 1etoile12

Note Globale :

08/20


La bande-annonce du film :
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.