CHAPPiE

Chappie_New_Official_International_Poster_JPosters

Fiche :

Résumé :

Dans un futur proche, la population, opprimée par une police entièrement robotisée, commence à se rebeller. Chappie, l’un de ces droïdes policiers, est kidnappé. Reprogrammé, il devient le premier robot capable de penser et ressentir par lui-même. Mais des forces puissantes, destructrices, considèrent Chappie comme un danger pour l’humanité et l’ordre établi. Elles vont tout faire pour maintenir le statu quo et s’assurer qu’il soit le premier, et le dernier, de son espèce.

Ma Critique :

Après le véritable succès de District 9 en 2009, Neill Blomkamp est de retour avec un nouveau film de science-fiction, CHAPPiE. N’arrivant pas encore au niveau de son premier film, il réalise ce film dont l’histoire intègre des thèmes récurrents à son univers, des personnages hauts en couleurs et un scénario bien plus soigné et écrit que le succès assez divisé d’Elysium. Une très bonne surprise pour CHAPPiE ! Ce qui est intéressant dans ce film c’est que l’intrigue se déroule dans un monde hostile, populaire, urbain et très punk. Ce qui est donc déroutant au début, notamment avec des personnages déjantés particulièrement en décalage avec l’univers futuriste du film.

L’intelligence artificielle mise en avant.

Bien que le film traite principalement de l’intelligence artificielle, CHAPPiE remet la question du déterminisme au grand jour. On voit plusieurs thématiques s’ouvrir sur ce sujet à savoir la confrontation à la noirceur de l’Homme (l’exemple du « père » de Chappie), la cupidité du système futuriste (le système politique),  l’espoir d’un « être » innocent et touchant (l’exemple de Chappie) qui tente de se forger une famille dans un monde aussi barbare. Tous ces critères mélangés à de l’humour et surtout  à de la science-fiction ! L’émotion et l’action sont donc bien présents. L’espoir est au bout du tunnel !

Un scénario futuriste et efficace.

Un cocktail d’action et d’humour avec un nuage d’émotion ! C’est la première chose que l’on se souvient en sortant de la salle de cinéma. Le scénario est très futuriste et attractif. L’idée de rendre un robot intelligent et capable de se développer tel un humain est bien choisie. Le spectateur en tire une vraie morale sur l’esprit de famille mais aussi sur l’horricité de l’espèce humaine et sur le monde cruel dans lequel nous vivons. D’autre part, en poussant un peu plus loin la chose, on voit que le scénario se fond avec une allégorie sur la création, où Deon est Dieu et Chappie, sa création. Un point très subtile et intriguant ! Enfin, un autre thème abordé intéressant est celui de la réincarnation, avec le transfert des consciences, mis en place par Chappie, entre Deon et son futur corps, mais aussi avec la « mère » de Chappie. Le tout est très bien maitrisé !

Le spectateur au coeur de l’action et de l’émotion.

Dès la création de Chappie par Deon, le spectateur est directement au coeur de l’action et prend la place de cet « être » innocent et attachant, qui, sous sa vieille carcasse abîmée, arrivera à émouvoir les plus insensibles et les plus endurcis d’entre nous.  Les effets spéciaux sont absolument maîtrisés et réussissent à se fondre parfaitement au décor grâce à une capture de mouvements digne d’un grand film d’action. Par ses faits et gestes, Sharlto Copley, interprétant Chappie, a su lui imprégner une sensation de créature consciente et vivante plus vraie que nature. Ainsi, Chappie va développer une conscience, des désirs et des sentiments qui lui seront propres, tel un véritable être humain. Il est confronté aux difficultés de la socialisation et du monde (avec l’exemple de la bagarre avec les gens de la rue), aux décisions ses parents (avec l’exemple du braquage que lui impose son « père »), mais aussi au doute son créateur qui lui fera ressentir l’angoisse de la mort. On peut ainsi faire un rapprochement avec HAL 9000 dans 2001, l’odyssée de l’espace.

Tout cela pour en venir à dire que le spectateur ressent de la pitié et de la compassion pour Chappie, et devient un acteur à part entière.

Un rôle d’enfer pour Hugh Jackman !

Le casting est vraiment intéressant. On voit pour la première fois Hugh Jackman incarner le rôle du méchant, qui lui correspond à merveille. Ce côté « ordure » et rancunier est vraiment top ! Dev Patel, dans le rôle de Deon, est convaicant. Dommage que Sigourney Weaver soit mise de côté ! Un autre petit point négatif concernant les « parents »  de Chappie, qui surjouent leurs rôles et dégradent un peu le casting du film.

En bref…

Etre ou ne pas être n’est plus la question. Sur la croisée des chemins entre I Robot et Wall-E, CHAPPiE est un grand film de science-fiction de la part Neill Blomkamp, mais malheureusement pas encore à la hauteur de District 9. Le spectateur est vraiment projeté dans le film ! Hugh Jackman nous surprend ! A voir absolument !

Ma Note : 17/20

 

Publicités

Un commentaire

  1. Cher epitéen, à la lumière de tes connaissances en informatique, un paragraphe etayé sur la possibilité de créer ou de voir émerger une telle conscience artificielle eût été particulièrement intéressant !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.