Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E

uncle

Fiche :

Résumé :

Au début des années 60, en pleine guerre froide, Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E. retrace l’histoire de l’agent de la CIA Solo et de l’agent du KGB Kuryakin. Contraints de laisser de côté leur antagonisme ancestral, les deux hommes s’engagent dans une mission conjointe : mettre hors d’état de nuire une organisation criminelle internationale déterminée à ébranler le fragile équilibre mondial, en favorisant la prolifération des armes et de la technologie nucléaires.

Ma Critique :

Après le succès de Sherlock Holmes, Guy Ritchie nous dévoile une belle adaptation d’une vieille série américaine des années 60, The Man from U.N.C.L.E. En alliant, d’une manière improbable, un agent du KGB et un agent secret américain, durant la Guerre Froide sur une mission capitale, le réalisateur réussit à créer une ambiance nostalgique et palpitante. Au travers d’une histoire sans grande originalité sur le fond, le spectateur est néanmoins embarqué dans une mission avec du panache et beaucoup d’humour. MediaShow vous expose son point de vue sur cette belle adaptation, accompagnée d’un casting aux petits oignons.

uncle4   uncle1

Sur un ton très britannique proche d’un James Bond ou d’un Sherlock Holmes, nous retrouvons toute la recette d’un bon film d’espionnage à savoir des décors nostalgiques, des personnages chics, des courses-poursuites et fusillades ou encore des armes propres à ce genre de films. On y retrouve plus particulièrement un clin d’oeil à James Bond par le biais de notre agent espion Napoléon Solo. Charmeur, cogneur et tout particulièrement instinctif dans ses décisions, ce personnage, incarné par Henry Cavill, reprend tous les codes de l’espionnage à la « British ». Pour le compléter, nous retrouvons un agent russe, particulièrement coriace, Armie Hammer. 

Au cœur de la Guerre Froide dans un décor très vintage, du rythme, de l’humour, des scènes réalisées en « split screen », et aussi une musique incroyablement bien choisie, qui nous fait voyager et revivre ces années 60. Un rythme bien conservé tout au long du film et une méchante très bien représentée ! Accompagné à cela, nous avons un casting aux petits oignons. Des personnages complètement décalés, interprétés par des très bons acteurs ! A l’affiche, nous avons Henri Cavell, dans le rôle de Napoléon Solo, Armie Hammer, notre Lone Ranger, dans le rôle de Illya Kuryakin, Alicia Vikander, dans le rôle de Gaby Teller et enfin notre méchante cruellement séduisante Victoria Vinciguerra, interprété par Elisabeth Debicki. En bref … un casting qui nous régale ! 

uncle3   uncle2

En conclusion, Agents Très Spéciaux : Code U.N.C.L.E. est une preuve irréfutable montrant la capacité de s’approprier un sujet très américain et de lui donner une texture volontairement « so British ». Le résultat est plus que convaincant ! On rigole beaucoup, l’énergie ne baisse jamais, on ne s’ennuie pas et la mise en scène est d’une créativité désarmante.

Ma Note : 16/20

 

Générique de la série The Man from U.N.C.L.E (années 1960) : 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s