The Revenant

revenant

Fiche :

Résumé :

Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption

Ma Critique :

Réalisateur de Birdman, Alejandro González Iñárritu ouvre une nouvelle page dans sa carrière avec The Revenant, sa première oeuvre dans le domaine du western. Deux raisons pour laquelle j’ai voulu voir ce film : Tout d’abord, le précédent long métrage du réalisateur mexicain m’avait marqué au fer rouge, puis tout simplement à cause de Leonardo DiCaprio, acteur que je n’apprécie guère pourtant. En s’inspirant du roman de Michael Punke mais aussi d’une histoire réelle, ce grand monsieur du cinéma nous livre un long métrage avec une réalisation unique et exceptionnelle sur le plan visuel, avec un casting d’une grande qualité, mais dont la lenteur des scènes accentuera la simplicité du scénario. Mais de quoi parle cette oeuvre, nominée plus d’une quinzaine de fois? Elle raconte l’histoire du trappeur Hugh Glass, qui sera violemment attaqué par un ours et laissé pour mort par les membres de son propre groupe après avoir assisté à l’assassinat de sa descendance. Histoire plutôt banale mais le film trouve néanmoins son juste équilibre. MediaShow vous expose sa critique sur The Revenant

Tout d’abord, commençons par discuter de la réalisation. Cette dernière est certainement à la fois l’un des gros points forts du film mais aussi un point faible. Un gros travail a été fourni concernant cette partie. En effet, les décors sont magnifiques, les plans de caméras sont saisissants et très bien orientés, les séquences d’actions sont instinctifs et rajoute un degré de réalisme assez incroyable au film. On peut rajouter aussi que la caméra effectue un déplacement avec une fluidité étonnante et, grâce à cette fluidité, il est possible d’entrer aisément dans la peau du personnage principal lors de certains passages assez rudes. L’exemple du combat contre l’ours ou encore la scène avec le cheval illustrent parfaitement ces propos. On se sent vraiment au coeur de cette éprouvante survie, une sorte de « Man vs Wild » sans des monologues explicatifs. Tout ces différents critères donnent une certaine force et une grande beauté au film mais en fera aussi un gros point faible. Oui, il est vrai que les plans qui exposent la nature sont prestigieux car il est rare de voir, dans un long-métrage, une telle beauté filmée de cette manière, sauvage et d’un grand réalisme. Malheureusement, ces plans sont aussi très … très longs ! En voulant donner de la profondeur au scénario, Alejandro González Iñárritu rallonge exagérément la durée du film et ce défaut ne fera que mettre en évidence la simplicité de l’histoire. Le film a beau être entraînant mais le scénario n’est pas des plus originaux ! 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A quoi faut-il s’attendre sur l’histoire ? On se retrouve dans un conflit de vengeance entre Glass et son ancienne équipe, porté uniquement par les regards des personnages, par la situation et par le jeu d’acteurs. En effet, les dialogues sont peu nombreux et pour la majorité en indien sous-titré. Ce manque de dialogues pourra amplifier l’aspect de lenteur que peut dégager le long-métrage. Cependant, la bande sonore est intéressante, sobre, discrète et poignante. Elle retranscrit parfaitement la puissance des scènes à l’écran, tout comme la violence apparente et comble ce manque. Enfin, on pourra souligner le travail exceptionnel concernant les costumes et le maquillage. En effet, les blessures de DiCaprio sont vraiment plus que réel. On pourra prendre l’exemple du combat contre l’ours, montrant un réalisme incroyable. La réalisation trouve donc un juste équilibre entre ses qualités et ses défauts, mais n’arrive pas aux espérances souhaitées. 

Après avoir discuté de la réalisation, terminons par les personnages et le casting. Concernant les personnages, on peut mettre l’accent sur le fait que les personnages n’ont pas été suffisament développés. Tout d’abord, le personnage de Hugh Glass est trop renfermé, on ne sait pas grand chose de lui, son comportement ne lui permet pas de sortir de son groupe. J’en attendais un peu plus sur ce point, tout en me disant que l’effet est peut être voulu de la part du réalisateur. D’autre part, la relation avec son fils n’est pas assez fort et n’est pas assez exposée, avec une absence totalee d’impact émotionnel. On n’arrive pas à s’attacher au personnage de Hawk, qui pour moi est le personnage le plus inutile du film. Et le peu de choses que l’on apprend sur les personnages nous ai montré via des « flash-back ». Bien au contraire, Alejandro González Iñárritu a misé une grosse somme sur le casting, car ce dernier est « monstreux ». Il faut tout de même souligner que le film n’aurait pas eu de succès sans son casting. On retrouve au premier rôle Leonardo DiCaprio, dans un rôle très difficile à interpréter, notamment lorsque l’on voit la violence de certaines scènes. En gagnant son premier Oscar en tant que meilleur acteur, il réussit enfin à nous prouver ses talents d’acteurs. Malgré le fait que je n’apprécie vraiment pas cet acteur, je tiens à le féliciter pour son interprétation de Hugh Glass. Il y a aussi Tom Hardy (Mad Max, Fury Road), Domhnall Gleeson (Ex Machina), Paul Anderson (Au Coeur de l’Océan) mais aussi Will Poulter (Le Labyrinthe) qui effectuent aussi des prestations tout aussi exceptionnelles. Enfin bref… Le casting est le gros point fort de ce film ! 

Pour résumer, The Revenant trouve un juste équilibre sur sa réalisation et son casting. Visuellement exceptionnel avec un magnifique décor et des scènes incroyables, sa lenteur et son manque de dialogues accentuera malheureusement la banalité du scénario et le manque de développement des personnages. Ce long métrage fera un succès pour son casting et son aspect visuel, mais ne plaira pas à tout public. 

Ma Note : 15/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s