Zoolander 2

487595.jpg-r_645_430-f_jpg-q_x-xxyxx

Fiche :

Résumé :

Quinze ans après avoir envoyé Mugatu derrière les barreaux, Derek et son rival/meilleur ami Hansel, évincés de l’industrie de la mode suite à une terrible catastrophe, mènent des vies de reclus aux deux extrémités du globe. Mais lorsqu’un mystérieux assassin cible des popstars célèbres, les deux has-been des podiums se rendent à Rome pour reconquérir leur couronne de super mannequins et aider la belle Valentina, de la Fashion Police d’Interpol, à sauver le monde. Et la mode.

Ma Critique :

Le Blue Steel, Le Tigre, Magnum… Des regards si puissants… Un seul top model est capable de conjurer autant de puissance et de beauté dans une duck-face : Derek Zoolander ! Le top model le plus débile et stylé de la planète ! Il est de retour dans nos salles de cinéma ! Quinze années se sont écoulées depuis le premier opus, devenu culte pour toute une génération. Et malgré un succès assez mitigé au niveau des critiques, Ben Stiller, toujours aux commandes, en a décidé autrement et relance la machine Zoolander en nous emmenant cette fois ci jusqu’à Rome. Orienté sur un genre de comédie d’espionnage burlesque, Zoolander 2 alterne entre séquences comiques et scènes d’action bien huilées, toujours dans le monde de la mode masculine, tout en reprenant des personnages hauts en couleurs et un humour complètement stupide et très décalée. Un second volet plus abouti et plus comique que le premier opus, mais qui, malheureusement, plaira à un public assez restreint. MediaShow vous expose son point de vue !

Dans la continuité du premier opus, ce second volet est toujours aussi déjanté et d’une bêtise sans limite. Evidemment, l’humour n’est une fois de plus pas très fin et rarement de bon goût mais le contrat est rempli : divertissant, drôle, burlesque. Ben Stiller, se retrouve une nouvelle fois dans la peau de Dereck Zoolander et se lâche à nouveau au côté de son co-équipier Owen Wilson pour une comédie qui ne recule devant aucun obstacle. Une nouvelle venue fait son apparition: Valentina Valencia, incarnée par la séduisante Penelope Cruz, qui agit en temps que police de la mode pour l’Interpol. Mais de quoi parle le film ? Après la catastrophe au “Centre pour les enfants qui ne savent pas lire génial” et la perte de la garde de son fils, Dereck s’isole du monde. Mais une suite de meurtres de plusieurs célébrités inquiète l’Interpol. Tous meurent après un ultime selfie duck-face. Valentina reconnait alors le fameux blue steel, ce look indémodable popularisé par Derek. Elle se met alors à sa recherche et tombe sur lui avec son ami Hansel à Rome. Ensemble ils vont enquêter sur ces mystérieux assassinats mais surtout comprendre pourquoi ils ont été réunis à Rome par coïncidence. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avec un pitch aussi décalé, on comprendre rapidement que cette comédie ne plaira pas à tout le monde. Il faut vraiment aimer le deuxième degré, voire le troisième, pour apprécier les qualités de ce film. En effet, la saga fait une critique indirecte de notre société. Le premier volet abordait le sujet du travail infantile dans l’industrie du textile. Dans cet opus, le sujet se rapporte à notre mode de vie et nos rapports avec les nouvelles technologies, et l’évolution de notre langage. Cette critique se fait bien évidemment écrasée par l’absurde et le comique prennent du film, mais la volonté y est. De plus, on y retrouve de nombreux clins d’œil au premier opus comme le regard duck-face, les tenues vestimentaires toujours haut en couleurs ou encore le bleu steel ! Mais le plus marquant est que Ben Stiller a réussi à réunir une galeries de célébrités assez impressionnante : de Katy Perry à Justin Bieber en passant par Ariana Grande, Susan Boyle, Srillex, ou encore le célèbre Sting. C’est d’ailleurs sur ce dernier point que le métrage prendra toute sa valeur, car ces célébrités s’éclatent et font preuve, pour la plupart,  d’un second degré redoutable. On y retrouvera aussi le grand Mugato, interprété par Will Ferrell, avec une coupe de cheveux et des tenus vestimentaires toujours aussi hilarants. Cependant, c’est Benedict Cumberbatch qui remportera la palme du meilleur top model, et qui dépassera toutes nos attentes avec un personnage plus déjanté que jamais ! Un casting vraiment explosif ! 

Loin d’être extraordinaire, ce second volet des aventures improbables de Derek Zoolander restera toujours aussi burlesque, avec un pitch complètement déjanté, des personnages hauts en couleur, et un casting explosif et très varié. Un moment de détente sans prise de tête toujours aussi appréciable. Second et Troisième degré au rendez-vous !

Ma Note : 14/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.