10 Cloverfield Lane

clover5

Fiche :

Résumé :

Une jeune femme se réveille dans une cave après un accident de voiture. Ne sachant pas comment elle a atterri dans cet endroit, elle pense tout d’abord avoir été kidnappée. Son gardien tente de la rassurer en lui disant qu’il lui a sauvé la vie après une attaque chimique d’envergure. En l’absence de certitude, elle décide de s’échapper…

Ma Critique :

Il est évident que le nom de J.J Abrams en tant que producteur permettra au film de gagner un franc succès sur le nombre d’entrées au cinéma. Mais ne tournons pas autour du pot. 10 Cloverfield Lane est un bon thriller de science-fiction, autour d’un huit clos avec une ambiance assez glauque et stressante. Cependant, le jugement que les spectateurs porteront sur le film dépendra essentiellement des attentes de chacun. En effet, au vue d’une bande annonce plus que mystérieuse, le suspens bat son plein lorsque l’on se retrouve devant le grand écran à absolument comprendre ce qui se passe. Et on rentre facilement au cœur de l’histoire. Mais son principal défaut serait peut-être son titre, laissant au spectateur un avant-goût d’une éventuelle suite au film Cloverfield de Matt Reeves et donc diminuant de fait l’impact du film. Au final, je peux vous affirmer qu’il n’y a aucun rapport entre ces deux longs-métrages. Mais n’ayant pas du tout aimé le premier du nom, cela n’aura aucun impact sur mon avis. Une réalisation bien menée et très bien mise en scène, autour d’un sujet énigmatique qui captivera notre attention jusqu’à la dernière seconde. MediaShow vous expose sa critique !

Concrètement, c’est quoi l’intrigue ? Sans aucun « spoiler », ce film se focalise autour d’un huis clos dans une sorte d’abri atomique où une jeune femme se réveille après son accident de voiture. On y retrouve aussi, comme dans la bande annonce, un homme assez fort qui dit l’avoir sauvé d’une attaque chimique, ayant rendu le monde extérieur inhabitable. Jusqu’à là, rien de transcendant sur le scénario. Mais l’ambiance angoissante et glauque qui règne dans cet abri est le facteur succès de ce long-métrage. Il est le point central du film, accompagné d’un suspens incroyable, notamment sur cet homme, est-il un fou psychopathe ou un homme de bonne volonté et honnête ?! Au fur et mesure, notre liste d’interrogations s’allongent et on n’en sait les réponses qu’à la fin. En effet, cette ambiance anxiogène est conservée de manière intelligente et permet de garder notre attention tout au long du film. Et pourquoi glauque ? Car la jeune femme se retrouve seule dans un abri avec deux hommes, dont un assez effrayant psychologiquement. La relation entre ces personnages est assez spécial … mais je vous laisse le plaisir de découvrir cette ambiance par vous-même. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme expliqué juste au dessus, le scénario a l’air classique mais l’aspect technique est très bien travaillé. Si on fait un petit zoom sur ce point, on pourra voir que la mécanique menée sur la précision est incroyable. On apprend de nombreuses informations sur les personnages, ce qui permet de rentrer plus facilement dans le film. C’est d’une grande efficacité, surtout en ce qui concerne la relation assez étrange entre les trois personnages, renforçant l’aspect glauque ! De plus, le scénario est franchement redoutable quant au suspens qu’il renferme. Chaque rebondissement est amené de manière abrupte, toujours dans l’objectif de créer la surprise avec les ressorts habituels d’un genre de film à huit clos dans le but de faire repartir l’histoire dans une direction différente. Cette disposition, à ne jamais savoir où va cette histoire, s’intègre parfaitement dans la relation versatile des trois personnages principaux très bien imaginés, oscillant sans arrêt entre l’entente et la méfiance. Ainsi, l’aspect technique du film est certes traditionnelle, comme le scénario, mais franchement efficace !

Le casting se concentre sur trois acteurs, incarnant les trois personnages dans l’abri. Ces acteurs sont un vrai plus pour le film car leurs interprétations est juste quasi-parfaite. D’un côté, on retrouve Mary Elizabeth Winstead qui impressionne comme toujours. Son talent lui permettra de jouer le rôle principal du film et de nous montrer de quoi elle est capable dans un rôle assez difficile. Face à elle, nous avons John Goodman, lié totalement avec l’imprévisibilité du récit. Un acteur de qualité. Enfin, John Gallagher incarne un habile point de liaison entre eux. Enfin bref… un casting très correct !

Pour résumer… N’ayant aucune liaison avec Cloverfield, ce long-métrage, dont le scénario à huit-clos est assez sobre, reste un thriller de science-fiction plutôt bien ficelé, bien joué, angoissant, glauque et particulièrement efficace sur le suspens qu’il renferme. 

Ma Note : 15/20

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s