Le Chasseur et la Reine des Glaces

glace1

Fiche : 

Résumé :

Il y a fort longtemps, bien avant qu’elle ne tombe sous l’épée de Blanche Neige, la reine Ravenna avait dû assister, sans mot dire, à la trahison amoureuse qui avait contraint sa sœur Freya à quitter leur royaume, le cœur brisé. Celle que l’on appelait la jeune reine des glaces, à cause de son habilité à geler n’importe quel adversaire, s’employa alors à lever une armée de guerriers impitoyables, au fond d’un palais glacé. Mais au sein même de ses rangs Eric et Sara allaient subir son impitoyable courroux pour avoir enfreint l’interdit : tomber amoureux.

7 ans plus tard, à l’annonce de la défaite de sa sœur, Freya envoie ses guerriers récupérer le miroir dont elle est la seule à pouvoir catalyser les sombres facultés… Une guerre s’annonce…

Ma Critique :

Après avoir beaucoup apprécié le premier opus des chroniques de Blanche-Neige, Le chasseur et Blanche-Neige, adaptation du conte des frères Grimm, la curiosité m’a emmené au cinéma pour aller voir la suite des aventures de Chris Hemsworth, le Chasseur. Sans toutefois être parfait et tout de même moins bien réussie que son prédécesseur, cet épisode reste plutôt convaincant avec une porte ouverte sur un univers plus large et vaste, tout en reprenant le fil rouge principal de la saga. Le casting est toujours aussi bon et le rendu visuel est plus que correcte. Et cette fois-ci c’est Cédric Nicolas-Troyan qui reprend le projet, avec une histoire plus centrée sur le personnage du chasseur, où Chris Hemsworth garde son rôle, mais ce second opus ne verra pas le retour de Stewart dans la peau de la tendre Blanche-Neige, absente. Au premier abord, le titre laisse un avant-goût amer et donne l’illusion d’un rachat Disney sur les bases de la Reine des Neiges. Parce qu’ici, il est bien question de deux soeurs mais heureusement, ce ne sont pas les gentilles Esla et Anna d’Arendelle mais la reine Ravenna, du premier opus, et sa soeur Freya, nouveau personnage. Si le scénario toutefois demeure assez prévisible et très simple, il reste parfois assez surprenant. Un avis donc partagé sur ce nouvel épisode, qui me laisse un peu sur ma faim, mais reste tout de même divertissant. Petite mention à la 3D qui est toujours aussi inutile, surtout pour ce genre de film. MediaShow vous expose son point de vue !

Un rythme assez inégal malgré une très bonne mise en scène

En arrivant dans la salle, tant de questions nous viennent à l’esprit quant à cette suite des chroniques de Blanche-Neige. Est-ce que l’on voit Blanche-Neige ? Est ce que le réalisateur a pensé creuser d’avantage l’ ancienne histoire d’amour du chasseur, tant évoqué dans le premier opus ? Ravenna est-elle vraiment morte, apparition ou réalité ? Est ce que l’on retrouve nos amis les nains ? On est rassuré car toutes nos interrogations sont résolues. C’est pour cela que l’on peut dire que le film est surprenant. En effet, malgré une histoire simple ni trop créative, le réalisateur a su tout de même créer une certaine temporalité qui amène à la rencontre de nouveaux et d’anciens personnages dans des lieux toujours aussi magiques. C’est un bon point, tout comme la première partie qui introduit parfaitement l’intrigue du film. Les effets spéciaux sont bons, rien à redire là dessus. On prendra l’exemple du miroir. En revanche, l’ennui se fait ressentir assez rapidement dû à la mauvaise répartition des scènes d’actions. Oui il y a de l’action mais trop focalisée sur certaines parties du film. Ainsi, on se retrouve avec de gros « points morts », sans rebondissements et vraiment trop clichés. On citera notamment cette histoire d’amour entre le Chasseur et sa bien aimée, qui est selon moi vraiment bâclée et agaçante. La partie la plus râtée de ce long-métrage. Pourquoi ? Car le réalisateur réussit à distinguer son film des autres « gnangnan » du même genre grâce à une très bonne mise en scène, mais replonge malheureusement dans les gros clichés… Dommage sur ce point. D’autres petits défauts de ce genre sont présents dans le film, mais sans trop d’importance comparé à ce dernier point. Enfin bref… un scénario et son histoire assez déséquilibrés.

Un univers plaisant et un casting honorable

En plus de bons effets spéciaux, on retrouve une énorme dose de « fantasy » et d’obscurité. Un mélange assez osé et plutôt rare dans l’horizon des films actuels de ce genre, mais qui, au final, donne un bon rendu visuel et scénaristique. L’humour est très cliché avec de nombreuses blagues sur les nains mais bon, on s’y attendait sur ce point et c’est plaisant à entendre car on rigole bien et c’est toujours la bienvenue dans ce genre de films. L’univers est donc agréable avec des personnages toujours aussi variés. En passant par les nains, les gobelins, les chasseurs, la Reine des Glaces, on « trouve ainsi chaussure à son pied ». Les décors sont vraiment magnifiques, on parcourt toutes les Terres de ce gigantesque monde, en passant par les terres du Nord jusqu’à se rendre à celles du Sud. Accompagné à cela, on retrouve un bon casting, comme son prédécesseur. Les acteurs sont tous très bons, avec une Jessica Chastain toujours plus charmeuse que jamais dans ce rôle de guerrière intransigeante mais hantée par son passé incertain. Emily Blunt est la grosse surprise de ce film. Son personnage est le plus intéressant du film, malgré un léger clin d’œil à l’univers Disney. Elle réalise une excellente prestation, avec son attitude sectaire, où se cache intérieurement de la douceur et de la sensibilité. Le retour de Charlize Theron en Ravenna, bien que prévisible, est toujours un régale. Un personnage sensuel, attirant et effrayant à la fois. Sans aucun doute, c’est un rôle qui lui sied à merveille. Et enfin, notre « Thor » fait du bon travail, comme pour le premier opus, mais malheureusement peine parfois à montrer qu’il est le héros de cet épisode, dû à la présence massive de nouveaux personnages. Pour le reste du casting, c’est un ensemble correct et toujours aussi plaisant.

En conclusion, ces Chroniques de Blanche-Neige ne s’achèveront pas ici et nous aurons bientôt de nouveau à faire face à ce fabuleux univers. Un conte de fée moderne, sombre, à l’histoire simple, et mêlant magie, fantasy, violence et humour. Malgré tous ces points positifs, le film tombera souvent dans un ennui romantique avec de gros clichés, souvent insupportables. Un long-métrage, qui selon moi, aurait pu être parfait sans ces « points morts » et son côté romantique complètement loupé.

Ma note : 13/20

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s