Alice de l’autre côté du miroir

alice

Fiche : 

Résumé :

Après son retour de Chine, Alice reçoit la visite d’un mystérieux papillon bleu. Elle devine tout de suite qu’il s’agit d’Absolem. Lui faisant confiance, elle le suit a travers sa maison, et c’est grâce à lui qu’elle traverse un miroir. De l’autre coté, Absolem fait savoir à Alice que le pays des Merveilles est en danger… Elle replonge donc au pays des Merveilles pour aider ses amis à combattre… le Maître du Temps !

Ma Critique :

Déjà quatre ans que le premier volet réalisé par Tim Burton soit sorti dans nos salles de cinéma… Rappelez-vous bien ! Alice aux Pays des Merveilles avait fait un succès colossal avec un chiffre d’affaire de plus d’un milliard de dollars. Tim Burton avait bien réussi à donner une seconde vie au classique Disney, en conservant sa magie tout y ajoutant sa signature par une esthétique fantastique et gothique comme dans la plupart de ses long-métrages. Bien plus, Disney avait tellement glissé sur l’or, que le deuxième volet avait été annoncé quelques mois après. Cependant, pour ce nouveau volet, le célèbre Burton cède sa place à James Bobin, auteur de la saga des Muppets, très peu connu dans le milieu du cinéma. Néanmoins, Burton reste producteur du film, comme indiqué dans la bande-annonce. Un certain soulagement en quelque sorte ! Le mystère plane encore quant au refus de Burton de continuer sur sa lancée avec un second volet. Mais là n’est pas le sujet !

Après avoir revu le premier volet diffusé sur M6 la veille de sa sortie, c’était donc l’occasion d’aller le voir. En sortant de la salle… un seul mot : Magnifique ! Moins sombre et plus aventureuse, cette suite nous fait voyager de l’autre côté du miroir avec un scénario bien ficelé, une mise en scène toujours aussi incroyable et un casting toujours aussi merveilleux ! Laissez-vous embarquer au cœur du pays des Merveilles ! En route ! MediaShow vous expose son point de vue !

Un monde où rien n’est impossible !

De l’autre côté du miroir… c’est une adaptation ? Plus ou moins ! A l’origine, ce titre est celui du roman écrit par Lewis Carroll en 1871. A noter que ce roman a été publié pour la première fois en 1931 en France sous le titre La Traversée du miroir. Dans ce roman, on y retrouve Alice qui se voit embarquée dans un monde parallèle grâce à un miroir : le monde à l’envers. Cette idée est reprise par James Bobin pour le début du film, laissant place à l’imagination pure de Disney pour la suite de l’histoire. Quelle est cette histoire ? Alice passe ici de l’autre côté du miroir pour venir en aide au Chapelier Fou à retrouver sa famille disparue. Histoire plutôt simple au premier abord mais qui se révèle très intéressante au fil du temps. Voire même très dynamique car Alice va nous faire naviguer entre plusieurs instants du passé et du présent afin d’accomplir l’impossible ! Le récit est donc captivant et se montre d’une grande inventivité en exploitant un thème atypique : le temps. De plus, le scénario est bien ficelé, avec de nombreux rebondissements, ce qui permet de retenir toute notre attention durant la totalité du long-métrage. L’univers du premier volet est bien conservé : toujours aussi décalé, aussi bien sur les décors que sur les personnages, sombre et surtout plus aventureux.

Le thème c’est le temps ? Oui et bien d’autres. Le réalisateur introduit un nouveau personnage : Le Temps, en personne. Ce dernier est capital dans la quête que doit accomplir Alice. Il ajoute une part de créativité au scénario, et se révèle comme mon gros coup de cœur ! Mais nous reviendrons sur les personnages dans un second temps. Grâce à ce long métrage, on en apprend davantage sur le pays des Merveilles et ses habitants, permettant de mieux comprendre les origines de ce monde, comme pour les deux sœurs reines ou encore sur la famille du Chapelier Fou. Ce qui amène donc des thèmes supplémentaires comme l’importance de la famille, le féminisme avec Alice comme capitaine de navire et … le temps ! En effet, le long-métrage renferme une véritable réflexion sur cette théorie. Ennemi ou Ami ? Telle est la question. Selon notre utilisation du temps, cela permet ainsi de changer notre façon de voir les choses. Un second volet qui est donc riche dans son contenu, mais aussi visuellement magnifique, à la sauce « burtonienne ».

L’univers de Tim Burton est de retour !

Tim Burton nous impressionnera toujours avec son monde vraiment loufoque et déjanté ! Malgré qu’il ne soit pas réalisateur pour ce nouveau volet, son style est vraiment bien conservé. Sur le plan visuel, le film est toujours aussi excellent. Comme pour le premier opus, le goût de l’esthétisme du célèbre réalisateur est bien mise en place et le spectateur se laisse totalement transporté par de somptueuses images, aussi bien pour les personnages que pour l’arrière-plan.

On retrouve le côté un peu gothique de Burton comme par exemple pour le château du Temps qui est très bien réalisé et magique, posé sur une gigantesque horloge. Enfin, l’aspect un peu décalé que l’on aime bien dans le style burtonien est toujours présent chez les personnages : Alice, le lapin blanc, le lièvre, Cheshire le chat, le Chapelier fou, la Reine Rouge et sa sœur, la souris, le chien… Tous sans exception ! Mention spéciale au Temps qui est pour moi le pilier de ce long-métrage. Un personnage complet, à la fois loufoque, amical et diabolique, mais surtout très représentatif du style de son producteur. L’univers du film est donc impressionnant !

Un casting toujours merveilleux.

Terminons, comme à ma grande habitude par le … casting ! Fidèle acteur des films de Tim Burton, Johnny Depp est de retour avec le Chapelier Fou, toujours aussi loufoque. Le style du personnage est toujours fidèle à l’acteur, vif et coloré, ainsi que ce regard si accrochant et déboussolant. A ses côtés, nous retrouvons la séduisante Mia Wasikowska, dans le rôle d’Alice. Les grands classiques sont toujours présents, à savoir Helena Bonham Carter, Anne Hathaway et Matt Lucas. Un grand plaisir de les revoir également. Les nouveaux … Nous avons Rhys Ifans dans le rôle de Zanik, Ed Speleers dans le rôle de James Harcourt et … le gros coup de cœur… Sacha Baron Cohen ! Son personnage, Time, est le pilier central du film ! L’acteur et le personnage ne font qu’un. Une très belle interprétation de sa part et qui arrive à merveille à trouver sa place dans le film. Un casting qui est donc toujours aussi grandiose et … merveilleux !

Pour résumer… Ce nouveau volet se révèle comme une belle réussite. Un véritable bijou d’aventure et d’inventivité ! En reprenant l’univers burtonien de son prédécesseur, James Bobin arrive à nous faire voyager au cœur d’une aventure toujours aussi prenante dans un monde de fantaisie fantastique où rien n’est impossible… Le pays des Merveilles ! Visuellement somptueux, histoire bien ficelé, personnages merveilleux et casting de qualité ! Un long-métrage très complet !

Ma note : 17/20

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.