The Witch

witch

Fiche : 

Résumé :

1630, en Nouvelle-Angleterre. William et Katherine, un couple dévot, s’établit à la limite de la civilisation, menant une vie pieuse avec leurs cinq enfants et cultivant leur lopin de terre au milieu d’une étendue encore sauvage. La mystérieuse disparition de leur nouveau-né et la perte soudaine de leurs récoltes vont rapidement les amener à se dresser les uns contre les autres…

Ma Critique :

« Le cinéma d’horreur existe encore ». Telle est la phrase d’accroche que l’on voit sur l’affiche du film The Witch… Faux ! La publicité qui tourne autour de ce film paraît tellement mensongère une fois sortie de la salle de cinéma, à tel point que certains spectateurs sont sortis avant la fin. Réalisé par Robert Eggers, tout nouveau dans le milieu, ce long-métrage s’intègre plus dans un univers fantastique et légèrement angoissant. Et franchement… c’est hyper décevant ! Après de grosses déceptions horrifiques cette année sur The Door et The Boy, ce nouveau titre accrocheur fait à nouveau un gros flop pour le cinéma d’horreur. Pourtant la bande annonce donnait vraiment envie et laisser un mystère tout entier sur l’intrigue ! Et bien non… c’est encore un film à rajouter au « Panthéon des daubes cinématographiques ». Pourquoi est-il si mauvais ? Ambiance pesante, aucune frayeur, scénario vide, nombreuses longueurs… On s’ennuie ferme ! Malgré une bande sonore adéquate, une esthétique bien travaillée et un jeu d’acteurs assez surprenant, le film ne perse pas et ne tient pas un rythme convenable pour garder notre attention. Une grosse déception… Le cinéma d’horreur n’existe plus…

L’ennui… le maître mot du film !

Début du film, l’intrigue est bien posée : Une famille se voit expulser de leur village, ne voulant pas s’adapter aux pratiques religieuses imposées. Se repliant dans une ferme isolée de toute civilisation, l’un de leurs enfants disparait, enlevé par la sorcière de la forêt… Cet évènement va bouleverser leur vie très pieuse… Cela donne envie au premier abord n’est-ce pas ? La religion, la forêt, une sorcière, une ferme isolée… De nombreux éléments certes très utilisés dans le genre horrifique mais qui donnent vraiment le ton du film ! Malheureusement, Robert Eggers a trop misé sur l’esthétique, la bande sonore et le jeu d’acteurs de son long-métrage… à en oublier complètement de nous effrayer ! On sent pourtant une certaine ambiance assez angoissante qui monte… monte… monte… et on craint à tout moment de sursauter… Et bien non ! Cela n’arrivera jamais pauvres mortels ! Quelques fulgurances et bizarreries peuvent parfois nous mettre mal à l’aise mais franchement c’est bien trop peu sur l’ensemble du film. Au final, le rythme est beaucoup trop lent pour que l’on soit pleinement convaincu par The Witch.

D’autre part, la religion est au centre de l’intrigue afin de fabriquer, par le biais de croyances et de rouages, une légende urbaine. Bonne idée mais une fois de plus mal exploitée… Sorcellerie ou hallucination collective ? Idée pourtant intéressante mais noyée par un surplus de dialogues et de prières. Aucune frayeur, pas de rythme,  ambiance pesante… et en plus de cela l’intrigue se perd complètement au fur et à mesure que le temps passe… Il est vrai que l’idée de base était clairement alléchante et que le film arrivait convenablement à se mettre en place mais ce n’est pas le cas pendant la totalité de ce dernier. Les incompréhensions s’enchaînent et on se perd complètement dans l’histoire. Au final, le réalisateur réussit plutôt à se mettre une balle dans le pied. Enfin bref… L’ennui est le maître mot de ce long-métrage !

La bande sonore et l’esthétique… Quelques points positifs…

Le réalisateur n’arrivera pas à faire contre poids sur le gros flop qu’il a créé. Le film a cependant quelques points positifs qu’il ne faut pas négliger. Tout d’abord, la bande sonore est tout de même intéressante par le biais de musiques stridentes censées nous faire comprendre qu’un événement terrible va se produire… mais qui au final n’aboutit à pas grand-chose. En soit, bien que l’utilisation soit mal exploité, le type de son est bien choisi et colle parfaitement au genre horrifique et angoissant que voulait transmettre Robert Eggers. Puis second point positif : l’esthétique, qui reste la seule vrai qualité à part entière du film. Les décors et la photographie s’allient parfaitement, formant une symbiose esthétique assez surprenante quand on voit le petit budget du film. La forêt, l’ambiance sombre et la ferme forment un ensemble très correct. Mais tout ceci ne suffira pas pour rattraper The Witch

Tout comme le casting d’ailleurs !

Pour le mot de la fin, je terminerai sur le casting. Côté acteurs, le contrat est rempli. Un ensemble harmonieux où les  talents de chacun montrent une certaine maîtrise de leurs rôles. Malgré une jeune expérience cinématographique, Anya Taylor Joy interprète très bien son personnage et colle parfaitement au caractère qui lui est attribué. Puis le tavernier du film Le Chasseur et la reine des Neiges, Ralph Ineson, se prend pour Jésus Christ avec un personnage très pieux, mais qui, assez surprenant, lui correspond vraiment bien. Kate Dickie, dans le rôle de la mère dépossédée et folle, et Harvey Scrimshaw, dans le rôle du fils modèle et courageux, complètent dignement cette famille. Le casting est donc très correct. Le doublage est aussi convenable.

Pour résumer… « Le cinéma d’horreur existe encore ». C’est une publicité vraiment mensongère ! The Witch nous offre une esthétique de qualité ainsi qu’une bonne bande sonore adaptée au genre horrifique… et c’est tout ! Ambiance pesante, aucune frayeur, scénario vide, nombreuses longueurs… On s’ennuie ferme ! Dommage car l’idée de base semblait intéressante en incorporant la religion en centre de l’intrigue… Encore un film de plus à rajouter au « Panthéon des daubes cinématographiques ».

Ma note : 7/20

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s