L’âge de Glace 5 : les Lois de l’Univers

agedeglace

Fiche : 

Résumé :

L’éternelle quête de Scrat pour attraper son insaisissable gland le catapulte dans l’espace, où il déclenche accidentellement une série d’événements cosmiques qui vont transformer et menacer le monde de l’Âge de Glace. Pour survivre, Sid, Manny, Diego et le reste de la bande vont devoir quitter leur foyer et se lancer dans une nouvelle aventure pleine d’humour au cours de laquelle ils vont traverser d’incroyables paysages exotiques et rencontrer des personnages tous plus étonnants les uns que les autres.

Ma Critique :

2002. C’est l’année du premier numéro de la saga « L’âge de Glace », film d’animation exceptionnel et qui avait vraiment fait succès. En général, le problème des suites se retrouve sur la qualité visuelle et scénaristique, qui a souvent tendance à se dégrader. C’est l’une des « spécialités » de Disney d’ailleurs… Rappelez-vous… par exemple avec Cars 2 ou Monstre Academy, pourquoi avoir fait ce genre de suites ? C’est bien la frayeur qu’on aurait pu avoir pour l’Âge de Glace. Mais les studios Blue Sky ont réussi l’exploit de créer une saga culte qui ne s’effrite pas, car après cinq épisodes, on prend toujours un vrai plaisir ! Chris Wedge et Carlos Saldanha ont tous les deux arrêté la réalisation de la saga pour laisser la place au canadien Mike Thurmeier. Good Job ! On remarquera tout de même que les studios Blue Sky ont leurs réalisateurs fétiches, et ces derniers arrivent à sortir de bons films d’animation comme Horton ou Rio. Quoi qu’il en soit, les codes, les personnages et l’univers sont bien conservés pour ce cinquième épisode, toujours aussi drôle et divertissant. Allez… MediaShow vous décortique un petit peu ce film d’animation !

Un univers bien conservé et divertissant.

Il faut tout de même avouer que le premier épisode était le meilleur de la saga mais Les Lois de l’Univers arrive à nous séduire avec une histoire toujours aussi légère et humoristique. Le scénario semble plus se tourner vers notre ami l’écureuil Scrat, qui au centre de l’intrigue. On assiste donc à deux histoires en parallèle : celle de Scrat et celle de Manny et ses compagnons. Éternellement obsédé par son insaisissable gland, notre Scrat se catapulte dans l’espace à bord d’un vaisseau sorti de nulle part. Il va alors déclencher des effets indésirables dans l’espace, mettant ainsi en danger le monde de Manny, Sid et Diego. Scénario tiré par les cheveux ? Et bien non ! Cela pourrait effectivement décevoir certaines personnes mais cela reste vraiment fidèle à l’univers et c’est l’essentiel.

La première scène du film nous met directement dans l’ambiance, toujours aussi déjanté. Le film se continue sur une querelle familiale, quoiqu’un peu prévisible mais tout de même intéressante. Elle reste nécessaire à l’intrigue, permettant de solidifier les relations entre les personnages mais aussi une certaine volonté de la part du réalisateur de rapprocher les spectateurs au plus proche de l’univers. La marque de fabrique est donc vraiment inépuisable. D’autre part, le côté humoristique est toujours présent, sans trop débordé dans l’excès. C’est léger et parfois touchant ! Le thème de la famille reste le pilier fondateur de cette saga. Les codes sont bien respectés. Enfin, visuellement parlant, le film est toujours aussi magnifique et très esthétique. Le tout forme donc un ensemble solide et toujours aussi efficace, notamment grâce à des personnages attachants ! D’un avis plus objectif, les aventures de Manny se poursuivent avec de nouvelles péripéties mais sans aucune audace d’écriture.

Des personnages toujours au rendez-vous !

Sans surprise, nous retrouvons notre bande d’amis : Sid, le « Gaston Lagaffe » des paresseux, Manny, le mammouth solitaire et Diego, le tigre à dents de sabre de nature cruelle, sournoise et manipulatrice mais avec un cœur en or. Ils sont toujours accompagnés par Ethan, éternel amoureux de Pêche, la fille de Manny et de sa femme Ellie, le « mammouth » oppossum, mais aussi la Mémé de Sid, Buck la fouine, Kira la femme de Diego, et enfin le duo de choc, Eddie et Crash. Une équipe vraiment complice et touchante. Nous assistons au grand retour de Buck, grand absent du quatrième épisode. Cette fois-ci, le réalisateur a su doser sa présence dans le film… En effet, on se rappelle bien que ce personnage avait complètement englouti les personnages lors du troisième épisode. Bien qu’il soit l’un des personnages principaux de ce film, sa part est beaucoup mieux équilibrée et n’empiète pas sur les autres personnages.

Grande surprise de cet épisode : Scrat. Notre petite vedette de l’humour réussit à prendre un rôle important dans cette saga, en monopolisant l’intrigue du film. Toujours aussi déjanté et obsédé par son gland, il offre au scénario une généreuse part de gags, ceci étant vraiment plaisant ! La Mémé de Sid contribue aussi à cette «donation » avec des répliques cultes et culotté de la part d’une grand-mère très « funky ». Cependant, petit point « noir » du film me concernant : le compagnon de Pêche, avec un humour beaucoup trop poussé et vraiment lourd… Le personnage aurait pu être mieux abouti. Enfin, de nouveaux personnages tels que Shangri Llama, Teddy, Brooke, Fuzzy ou encore l’intellectuel Roger sont vraiment au top, intéressants et drôles ! L’ensemble des personnages est donc plus que correct avec la découverte de nouveaux personnages et de jolies surprises sur ceux déjà existants.

La qualité des voix françaises.

Ces derniers temps, je fus assez surpris par la qualité des versions françaises des films d’animation. Le monde de Dory a été le parfait exemple, en nous montrant les véritables qualités de Franck Dubosc et de Kev Adams. C’est le même étonnement pour Les Lois de l’Univers. Toujours fidèles, on y retrouve Gérard Lanvin pour Manny, Elie Semoun, pour Sid et Vincent Cassel pour Diego. Tous les trois forment un trio de choc, avec des voix qui collent vraiment aux caractères de chaque personnage. Mais il y a aussi du neuf avec la découverte de Guillaume Pley, ou encore de Carine Ribert. Bien que je n’apprécie pas le personnage de Guillaume, il réussit tout de même à se prêter au jeu de manière efficace. Quant à Carine, elle interprète la nouvelle rencontre de Sid, Brooke. Belle voix et bien adaptée au personnage. De nouvelles trouvailles dans le monde du cinéma français ! C’est donc une nouvelle fois cette année que je suis impressionné par la qualité des voix françaises ! Merci !

Pour résumer… Ce cinquième épisode de la franchise demeure toujours aussi drôle et divertissant. Les codes, les personnages et l’univers sont bien conservés. Un véritable plaisir d’avoir visionné ce film, avec toujours cette dose d’humour et de joie ! Certes moins bon que ses prédécesseurs, Les lois de l’Univers reste fidèle à la saga et c’est l’essentiel.

Ma note : 15/20

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.