Don’t Breathe – La Maison des Ténèbres

db

Fiche : 

Résumé :

Pour échapper à la violence de sa mère et sauver sa jeune sœur d’une existence sans avenir, Rocky est prête à tout. Avec ses amis Alex et Money, elle a déjà commis quelques cambriolages, mais rien qui leur rapporte assez pour enfin quitter Détroit. Lorsque le trio entend parler d’un aveugle qui vit en solitaire et garde chez lui une petite fortune, ils préparent ce qu’ils pensent être leur ultime coup. Mais leur victime va se révéler bien plus effrayante, et surtout bien plus dangereuse que ce à quoi ils s’attendaient…

Ma Critique :

Sortie fracassante au box-office U.S, « Don’t Breathe : la maison des Ténèbres » a été vendu comme le meilleur film d’horreur des 20 dernières années... Nous n’avons pas du tout la même notion de ce qu’est le genre horrifique ! Ne vous attendez donc pas à affronter des esprits malfaisants mes chers amis cinéphiles car ce long-métrage, réalisé par Fede Alvarez, n’est en fait qu’un … excellent thriller ! Pour sa deuxième œuvre cinématographique, le réalisateur s’entoure des mêmes personnes que pour « Evil Dead », remake qui avait d’ailleurs énormément déçu les plus grands fans de la franchise pour son absence totale d’originalité. Nous retrouverons donc, à ses côtés, le scénariste Rodolfo Sayagues, les producteurs Sam Raimi et Rob Tapert, le compositeur Roque Baños ainsi que l’actrice Jane Levy dans l’un des rôles principaux. Le long-métrage s’appuie sur un thriller haletant sous forme de « huis-clos » abordant l’histoire de trois jeunes cambrioleurs qui vont devoir face à un … aveugle, ancien combattant de la guerre d’Irak ! Avec une histoire assez classique, Fede Alvarez nous propose un très bon film à l’ambiance stressante et malsaine, dont le rythme ne fera qu’être accentué par des rebondissements improbables. Une mise en scène intelligente, un casting étonnant pour former un ensemble efficace ! Passons à la critique… avec MediaShow !

« Tu es seul ou tu as des complices ? »

Un film interdit au moins de 16 ans… c’est un peu exagéré à mon goût ! Et pas d’esprit malfaiteurs les amis ! L’Uruguayen Fede Alvarez est donc de retour sur nos écrans, après un premier long-métrage assez bancal. Cette fois-ci, il laisse tomber les codes du gore et de l’horreur pour s’orienter vers le style thriller « Home Invasion », aux codes inversés. Les envahisseurs deviennent les proies… ! Un point de départ narratif qui, d’ailleurs, ressemble fortement au film de Wes Craven, intitulé « Le sous-sol de la peur ». Mais qu’importe… avec une histoire classique, Fede Alvarez réussit à construire une œuvre diaboliquement efficace !

Avant tout, il s’agit d’un « huis-clos » où trois jeunes tentent de cambrioler la maison d’un vieil aveugle, soupçonné d’abriter une grosse somme d’argent. L’affaire était pratiquement dans le sac ! Rocky aurait pu enfin s’enfuir de Detroit avec sa sœur, afin de s’éloigner de leur mère alcoolique. Jusqu’au moment où cet homme sans pitié se rend compte qu’il est victime d’un cambriolage… Les rôles s’inversent et les trois jeunes deviennent la proie de ce psychopathe, cruel et complètement fou… accompagné de son sympathique Rottweiler !

La trame narrative est donc simple mais très alléchante car l’envie de connaître le dénouement de ce « huis-clos » est énorme ! La misère et la violence familiale n’est donc qu’un prétexte thématique pour laisser place à une terrible « chasse à l’Homme » ! Tout d’abord, Fede Alvarez est redoutable et fait preuve d’une grande maîtrise sur le suspens de son scénario. En exploitant parfaitement le handicap de l’homme, sa véritable nature, ainsi que le mystère que renferme sa demeure, il réussit à créer un climat mutique et oppressant où le spectateur devient carrément le quatrième complice, complètement scotché à son siège. C’est certes assez radical mais très efficace et réaliste.

D’autre part, le film bénéficie également d’un rythme bien équilibré, allant à crescendo grâce à de nombreux rebondissements improbables. De plus, le réalisateur n’a recours qu’à quelques « jump-scare » et s’appuie uniquement autour d’une ambiance stressante et malsaine, grâce à quelques surprises scénaristiques qui pourront choquer certaines personnes. Le sentiment d’insécurité est bien présent ! Enfin, on retrouvera une petite dose d’ironie très noire, propre au style du réalisateur, afin de renforcer le côté malsain du long-métrage. Un ensemble scénaristique solide et incroyablement stressant !

Une mise en scène efficace et angoissante

La mise en scène est efficace sur plusieurs fronts. Tout d’abord, le choix d’une maison dans un quartier abandonnée comme lieu principal semble assez classique mais colle parfaitement à l’ambiance du scénario. Le tournage du film s’est déroulé majoritairement à Détroit, dans le Michigan, afin de se retrouver dans des quartiers en faillite, abandonnés de la ville. Les terrains non entretenus et les maisons délabrés permettent donc de renforcer le climat inquiétant du long-métrage. Puis, pour accentuer cette ambiance angoissante, le réalisateur n’a pas hésité à filmer avec de gros plans afin de se focaliser au maximum sur le ressenti de chaque personnage, et donc de subir leur peur et leur inquiétude. Chaque plan a donc son lot de surprises et de rebondissements.

D’autre part, le choix de Fede Alvarez concernant le jeu de lumières est assez étonnant. Au lieu de jouer sur les couleurs sombres afin de réduire notre champ de vision (procédé très classique), le réalisateur a préféré utiliser beaucoup de lumière, de sorte que les personnages puissent reste à la vue des spectateurs tout au long de leur traque. C’est un choix stratégique mais assez risqué. Néanmoins, le résultat visuel est fortement convaincant puisque cette tactique crée une tension plutôt atypique face aux thrillers du même genre. J’ai particulièrement adoré la scène dans la cave où l’on voit les personnages dans le noir. Enfin, la bande sonore si silencieuse est également redoutable.

Un casting étonnant !

Etonnant pour le jeu d’acteur de Stephan Lang ! Ayant interprété le méchant militaire dans le long-métrage « Avatar », nous le retrouvons dans ce film en tant que vétéran aveugle de la guerre d’Irak. Et franchement… il est génial ! Sa froideur, sa cruauté et sa violence collent parfaitement à la peau de son personnage. Les gros plans de son visage sont en soi l’un des piliers de l’ambiance oppressante du film. Stephen Lang nous sort donc le grand jeu ! Enfin, face à lui, nous retrouverons la jeune Jane Levy (« Evil Dead » en 2013), Dylan Minnette (« Chair de Poule » en 2016) et Daniel Zovatto (« It Follows » en 2015). Ces trois jeunes acteurs, bien qu’encore novice dans le monde du cinéma, s’en sortent particulièrement bien, surtout pour la jeune Jane, qui fait preuve d’une belle interprétation de son personnage.

Pour résumer… « Le meilleur film d’horreur des 20 dernières années »… Nous n’avons pas du tout la même notion de ce qu’est le genre horrifique ! En revanche, ce long-métrage, réalisé par Fede Alvarez, est un très bon thriller ! Avec une histoire assez classique, Fede Alvarez nous propose un très bon film à l’ambiance stressante et malsaine, dont le rythme ne fera qu’être accentué par des rebondissements improbables. Une mise en scène intelligente, un casting étonnant pour former un ensemble efficace !

Ma note : 16/20

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s