Kong : Skull Island

kong

Fiche :  

Résumé : 

Un groupe d’explorateurs plus différents les uns que les autres s’aventurent au cœur d’une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu’ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong…

Ma Critique : 

Cette année, King Kong est de retour sur le grand écran pour une septième franchise, signée Jordan Vogt-Roberts qui déjà sur le projet « Metal Gear Solid » pour l’année prochaine. « Venez visiter l’île du crâne, mais ne vous y baignez pas ! », telle est la citation des studios Warner Bros. En collaboration avec Legendary Pictures, les deux sociétés ont donc décidé de relancer la machine avec un sacré budget de 190 millions de dollars. Et cette fois-ci, le Kong sera le plus grand (en taille) des adaptations américaines : un sacré morceau de 30 mètres. Mais ce nouveau blockbuster est-il à la hauteur de son mythe et des anciennes franchises ?

Avec au casting : Tom Hiddleston, Samuel L. Jackson, Brie Larson ou encore John Goodman, « Kong : Skull Island » demeure un blockbuster divertissant, nous offrant un scénario sans grande surprise, à l’esthétique remarquable, mais au casting inexploité. Let’s go pour une nouvelle critique sur MediaShow !

Kong: Skull Island : Photo Brie Larson, Corey Hawkins, Jing Tian, Thomas Mann (II), Tom Hiddleston

Un blockbuster divertissant… et c’est tout !

1973, au lendemain de la guerre du Viêt Nam. Le long-métrage débute avec un générique d’ouverture nous présentant des images d’archive faisant référence à cette guerre, afin de mieux contextualiser l’histoire. C’est en soit une très bonne idée, de la part du réalisateur, d’offrir à un blockbuster fantastique une véritable situation historique. Pour cela, il tente d’insérer des éléments au sein du scénario permettant d’enrichir ce contexte, notamment grâce à de nombreux clins d’œil, tel que le cadre visuel, qui est une jungle, ou encore cette ambiance inquiétante, rythmée par des ennemis qui se dissimulent dans le décor (ici les ennemis sont des monstres). Mais malheureusement cette initiative ne suffit pas. Une simple couche de vernis, peu approfondie et vite rattrapée par l’aspect divertissant. Et c’est aussi le reflet du reste du long-métrage : le film regorge de bonnes idées mais avec un réel manque de finesse. Mais avant de rentrer dans les détails, parlons un peu de l’intrigue.

L’histoire nous embarque au cœur d’une mission dont l’objectif est de découvrir une île non répertoriée, au sud du Pacifique : Skull Island. Pour cela, des scientifiques, un mercenaire et une photographe, accompagnée d’une équipe militaire, partent à l’aventure pour y percer ses mystères. Seulement, à leur arrivée sur cette île, un accueil « chaleureux » les attend… Débute alors un long périple pour en ressortir vivant ! Et comme vous l’aurez compris, c’est sur ce bout de terre que réside notre ami Kong. Tout d’abord, concernant le scénario, le long-métrage fait son principal « job », à savoir de nous divertir. Il y a de l’action, un très bon rythme avec de nombreux rebondissements, et une sacré bande originale aussi bien stressante que rock en se payant le luxe de nous envoyer du David Bowie ou encore du Creedence Clearwater Revival.

Kong: Skull Island : Photo

L’histoire reprend donc correctement les bases du mythe, en y laissant une trace d’originalité sur l’univers et ses monstres.  Donc en soit, on ne peut pas vraiment reprocher quelque chose à ce blockbuster. En revanche, il est vrai que si on s’attarde un peu plus sur le scénario, on remarque un véritable manque de subtilité et d’intelligence. En effet, l’ensemble manque terriblement de profondeur, comme la psychologie des personnages (aucun travail fourni sur le sujet, qui aura un impact sur le casting), le mystère sur la forme physique de Kong (le monstre est dévoilé dès le début du film ou dans la bande-annonce) ou encore les dialogues vraiment trop stéréotypés. Un blockbuster divertissant et… c’est tout !

Une belle prouesse visuelle !

Si le scénario n’est pas exceptionnel, c’est en revanche une belle réussite sur le plan visuel avec une belle direction artistique. Tout d’abord, la photographie du film, dirigée par Larry Fong (à qui l’on doit également « Watchmen » et « 300 »), est tout bonnement magnifique avec de belles couleurs, offrant d’excellentes scènes d’action. Puis, la mise en scène semble s’inspirer du film « Apocalypse Now » (on pense directement au coucher du soleil avec l’arrivée des hélicoptères), et le rendu est plus que convaincant.

Ajouté à cela, le réalisateur n’hésite pas à utiliser le ralenti pour amplifier les moments forts du long-métrage. Un peu cliché mais franchement efficace. Puis, les décors sont assez incroyables avec une jungle (une partie du film a été tournée à Kualoa Ranch) nous faisant rappeler celle de « Jurassic World ». Enfin, on remarquera une belle maîtrise des effets spéciaux avec des créatures faisant preuve d’originalité et bien intégrées au film. Exception pour Kong qui semble, à mon goût, peu convaincant et peu réaliste… L’utilisation de la « performance-capture » (créé par ordinateur mais joué par un vrai acteur) est un sacré flop pour notre ami Kong.

Kong: Skull Island : Photo John Goodman

Un casting mal exploité.

Si « Kong : Skull Island » s’offre un excellent casting, il n’est malheureusement pas exploité comme nous l’aurions aimé. En effet, en raison d’un très mauvais travail sur la psychologie des personnages, les différents acteurs n’arrivent pas à trouver leur place au sein de ce long-métrage. Hiddleston et Larson proposent de bonnes prestations individuelles mais le duo paraît trop face. La complicité n’opère absolument pas. Samuel L. Jackson interprète un personnage trop caricatural et on ressent un certain blocage chez l’acteur. John Goodman est un véritable fantôme, ce qui est assez dommage au vu de son excellent jeu d’acteur. Le seul acteur qui arrive à sortir véritablement du lot est John C. Reilly, qui arrive à conserver son humour plaisant. C’est donc une petite déception car le casting avait un réel potentiel !

Pour résumer… Cette nouvelle adaptation, signée Jordan Vogt-Roberts, demeure avant-tout un blockbuster d’action et fantastique divertissant. Le scénario regorge de très bonnes idées mais l’ensemble est véritablement mal exploité avec un manque finesse et de profondeur. En revanche, la direction artistique est excellente ! Enfin, bien qu’il y ait un gros potentiel, le casting ne se montre pas convaincant dû à des personnages peu exploités. 

Note pour le scénario : 3etoiles
Note pour la direction artistique : 4etoiles
Note pour le casting : 3etoiles

Note Globale :

14/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.