Mulholland Drive

drive.jpg


Fiche : 
 

Introduction du dossier :

« Mulholland Drive » fait partie des rares films qui nous laissent un arrière-goût d’incompréhension au premier visionnage. Un film énigmatique, à la fois fascinant et bouleversant, qui mérite une véritable concentration afin d’y percer les moindres secrets. Prix de la mise en scène au Festival de Cannes en 2001, César du meilleur film étranger en 2002 mais également une nomination de son réalisateur David Lynch aux Oscars 2002 dans la catégorie du Meilleur Réalisateur, ce thriller fantastique nous emmène sur la route de Mulholland Drive, au cœur d’Hollywood, afin de nous faire vivre une expérience cinématographique unique et intemporel.

Un article spécial, dédié à « Mulholland Drive » avec, en première partie, une critique décortiquée sous quatre bonnes raisons de regarder ce long-métrage (sans spoilers), puis, en deuxième partie, mon interprétation sur cette histoire si mystérieuse. Bonne lecture sur MediaShow !

Ma critique (Sans Spoilers) :

Voici les quatre bonnes raisons de voir absolument cette oeuvre, signée David Lynch.

Raison 1 : Une réalisation de David Lynch, avec un excellent casting.

« Mulholland Drive » est un thriller réalisé par David Lynch, connu pour son style à la fois novateur et surréaliste. En effet, le réalisateur possède une filmographie assez conséquente, composée de grandes œuvres (dont une serie TV « Twin Peaks » en 1990). Parmi elles, nous pouvons citer :

  • « Sailor et Sula» avec Nicolas Cage et Laura Dern en 1990. Un long-métrage atypique qui réussit à mêler, une belle aventure romantique sous des airs de comédie musicale, au cœur d’un road movie.
  • « Lost Highway», avec Bill Pullman et Patricia Arquette en 1997. Un thriller psychologique fort, dont l’atmosphère tendue maintient tout notre intérêt.
  • « Elephant Man», avec John Hurt et Anthony Hopkins en 1980. Inspiré de la vie de l’homme Joseph Merrick, ce long-métrage est une pure merveille tournée en noir et blanc. Un biopic dramatique à ne pas manquer, oscillant entre réalisme et symbolisme.

« Mulholland Drive », c’est également un thriller composé d’un excellent casting, aussi bien pour les rôles principaux que pour les figurants. Il est porté par un duo d’actrices extraordinaire : Naomi Watts et Laura Harring nous proposent des prestations magistrales. Le rapport entre les deux protagonistes est fusionnel et nous offre ainsi un grand sentiment d’attachement pour ce duo.

Résultat de recherche d'images pour

Raison 2 : Une histoire terriblement intrigante.

Le long-métrage a le mérite de nous proposer une histoire captivante mais également renversante. Errant sur la route de Mulholland Drive après avoir subie le choc de son accident de voiture, Rita (interprétée par Laura Harring) devient amnésique et oublie complètement son passé. Elle se réfugie alors dans la première maison qu’elle trouve, après une nuit difficile. Sauf que ce logement est habité par Betty (interprétée par Naomi Watts), une jeune comédienne débutant dans le monde hollywoodien. Faisant preuve de générosité, elle accepte de la loger et, après l’avoir connu, et de l’aider à renouer les liens avec son passé. Leur unique point de départ : une liasse de billets et une clé bleue dans le sac de Rita.

C’est alors que débute une véritable « enquête » afin de percer les secrets de ce mystérieux accident mais également de comprendre la véritable identité de Rita. La première partie est intéressante et compréhensible. Mais lorsque la deuxième partie du film s’entame, on se rend vite compte que cette histoire s’avère vraiment complexe et mérite toute notre attention. David Lynch nous propose ainsi une intrigue vraiment riche en contenu, avec un excellent sens du détail. L’ensemble est accompagné d’un très bon rythme. L’ennui est inexistant, tellement l’histoire est difficile à cerner. Les rebondissements, les rêves et les flash-backs sont pertinents et nombreux ! Enfin, la construction des personnages et leurs relations sont intéressantes, nous permettant ainsi d’en ressentir chaque émotion. Bref… « Mulholland Drive » est culte pour son excellente histoire.

Résultat de recherche d'images pour "mulholland drive"

Raison 3 : Un puzzle mystérieux aux multiples interprétations.

Qui dit excellente histoire, dit également construction scénaristique remarquable ! David Lynch nous embarque au cœur d’un univers surréaliste. Qu’il soit une source d’hésitation ou de révélation, chaque élément du scénario a son importance. Et grâce à un enchaînement fluide, chaque scène s’emboîte à la perfection pour former un ensemble consistant et intense. Le scénario fait donc preuve d’une grande maîtrise de la part du réalisateur, laissant derrière lui un style qui marquera le monde du 7ème art. « Mulholland Drive », c’est ainsi plus de deux heures d’ébullition pour tenter de résoudre ce puzzle si mystérieux, intemporel mais également angoissant.

Mais la force scénaristique réside avant tout dans son interprétation. Grâce à la richesse du long-métrage, l’histoire (et surtout durant la seconde moitié) ouvre de nombreuses portes. Et ce qui d’autant plus exceptionnel, dans « Mulholland Drive », c’est que chaque visionnage permettra la découverte d’éléments qui nous avait échappé précédemment (personnellement il m’a fallu trois visionnages pour en avoir une interprétation crédible). Ainsi, il est certain (sauf si tu es un petit génie ou un grand fan de David Lynch) que tu ne pourras pas comprendre l’intégralité de l’intrigue dès le premier visionnage. Ce genre de films est vraiment excitant et stimule vraiment notre réflexion ! Un thriller obscur et philosophique qui, grâce à l’imbrication de rêves et de flash-backs, tourne au drame fantastique !

Résultat de recherche d'images pour

Raison 4 : Une expérience visuelle et sonore marquante.

Enfin, « Mulholland Drive » est une véritable réussite sur sa mise en scène, brillante et marquante. David Lynch fait preuve d’une grande maîtrise technique aussi bien dans le montage que dans le tournage. Tout d’abord, les mouvements de caméra sont fluides grâce à une excellente utilisation du travelling. Les plans et les cadrages sont remarquables, tout comme la photographie. En effet, le réalisateur insiste énormément sur les gros plans afin de nous sensibiliser d’avantage aux émotions des personnages. Les nuances de couleurs sont intelligemment utilisées.

D’autre part, on remarquera un sens du détail également sur le plan visuel. Chaque image a son importance. Enfin, l’atmosphère du long-métrage est sublimée par une admirable bande originale très envoûtante, composée par Angelo Badalamenti, un homme qui, depuis 1986, écrit toutes les musiques des films de David Lynch. Grâce à cette bande sonore, « Mulholland Drive » nous permet de ressentir toutes sortes d’émotion. Un thriller fascinant sur tous les fronts.

Image associée

Pour résumer… « Mulholland Drive » marquera la carrière de David Lynch, comme sa meilleure œuvre cinématographique. Avec une construction scénaristique riche et une histoire fortement intrigante, ce thriller fantastique offrira au spectateur de nombreuses interprétations, lui laissant ainsi une belle réflexion sur le sujet. Le rythme est excellent avec de nombreux rebondissements. Le casting est admirable. Enfin, « Mulholland Drive » renfermera également une belle expérience visuelle et sonore. Bref… Un long-métrage à ne pas manquer !

Si toi aussi tu as aimé ce long-métrage, partage ton retour en commentaire !

Note pour le scénario : 5etoiles
Note pour la direction artistique : 4etoiles
Note pour le casting : 4etoiles

Note Globale :

17/20

Résultat de recherche d'images pour

Mon interprétation (Avec Spoilers) :

Après cette critique décortiquée en quatre parties, rentrons dans les détails afin de vous livrer mon interprétation de l’histoire. Pour ceux qui n’auraient pas vu le film, je vous conseille de ne pas aller plus loin sur ce dossier (dû aux spoilers), hormis la bande annonce en fin de page.

Comme vous avez pu le remarquer, « Mulholland Drive » se découpe en deux parties : le rêve de Betty et sa véritable vie. Tout d’abord, Le début du film débute par une scène musicale où l’on voit des gens danser et Betty/Diane toute souriante. Cette introduction expose un premier morceau du rêve de Betty, se voyant devenu célèbre à Hollywood au cœur de sa jeune carrière de comédienne (Ce passage réapparaitra à la fin du film, après son suicide). S’en suit une scène où l’on voit des draps, puis un oreiller qui se rapproche de la caméra, comme si nous allions s’effondrer dessus. C’est à ce moment-là où l’on comprend que la première partie de l’histoire se situe dans le rêve de Betty/Diane. Dans cette partie du film (un rêve), Diane Selwyn devient donc Betty et Camilla Rhodes devient Rita. Betty fait la connaissance de Rita, après son accident de voiture dans la rue de Mulholland Drive. Une histoire d’amour s’installe doucement entre les deux femmes.

Mais le rêve s’achève juste après que Rita ait ouvert la boîte bleue. On bascule alors subitement dans la seconde partie du film, dans une réalité plus crue et plus terrible pour Diane.  C’est à ce moment précis que l’on comprend vraiment que Betty est le prénom de la blonde dans le rêve, mais que son véritable prénom est Diane. De même pour Rita dans le rêve et Camilla dans la vie réelle. Jusqu’à présent j’espère avoir été clair ! Puis, on comprend alors que Diane a une vie misérable, et que son rêve expose une vie idéale qu’elle aurait aimé avoir. Cette seconde partie nous explique ainsi ce qui s’est réellement passé entre les deux femmes, et donc de comprendre le rêve de Diane. Amantes, Camilla a quitté Diane pour le réalisateur qu’il l’avait embauché dans son rêve. On comprend alors que, dans le rêve, la scène où le réalisateur voit sa femme coucher avec le plombier est enfaite une vengeance imaginée de la part de Diane, pour lui avoir piqué sa bien-aimée Camilla.

D’autre part, contrairement au rêve, la blonde (Diane) se fait dominer par la brune (Camilla) dans la vie réelle. Se sentant désemparée, Diane va alors engager un tueur pour éliminer la femme qui l’a fait souffrir (notamment lors du tournage ou encore lors de la petite soirée). En échange d’une somme, le tueur lui donne la fameuse clé bleue qui ouvre la boîte bleue de son rêve. Finalement, Diane finit par se suicider avec le revolver. On comprend alors que la femme retrouvée morte dans la maison (dans le rêve) est enfaite Diane, et que c’était bien elle qui avait échangé son appartement avec sa voisine car elle voulait échapper aux questions des inspecteurs après la mort de Camilla. Enfin, la clé bleue offre une transition entre le monde réel et le rêve via la boîte bleue, mais également un soulagement pour Diane dans la vie réelle puisqu’elle annonce que la mort de Camilla.

Résultat de recherche d'images pour

Avec cette interprétation je pense que, d’un point de vue globale, l’histoire semble plus claire. Mais certains points méritent encore quelques explications :

  • Une clé bleue mystérieuse : Une fois sortie de son rêve, Diane se retrouve chez elle dans son canapé. On voit alors encore cette clé bleue. Elle a, selon moi, une double signification. D’une part, la raison expliquée plus haut, mais également elle symbolise le travail accompli du tueur, à savoir la mort de Camilla. On comprend alors, à ce moment précis, que Camilla est morte, et que sa présence dans la vie réelle de Diane se fait par le biais de souvenirs et d’hallucinations (comme la scène sur le canapé).
  • Le Cow-Boy: Cette homme est selon moi un personnage secondaire qui a pour rôle de « donner » la vérité aux gens. En effet, il rappelle Diane à sa sombre vie en lui disant « Il est l’heure ». Puis, il montre au réalisateur sa superficialité en lui imposant de prendre Camilla dans le premier rôle.
  • Les petits vieux: Pourquoi ces drôles de personnages surgissent-ils de la boîte bleue à la fin ? Etrange n’est-ce pas ? Tout d’abord, on les voit au début du rêve de Betty à son arrivée à l’aéroport et qui lui souhaitent que du bonheur pour sa future carrière. On comprend alors qu’ils représentent, à la fin du film, une métaphore des rêves d’actrice de Diane qui s’effondrent.
  • Le clochard : Il apparaît deux fois dans le film. Selon mon point de vue, il est le symbole de la mort de Diane car il ouvre la boîte bleue à la fin.

Voilà Voilà. J’espère vous avoir éclairé un peu plus sur ce long-métrage en y abordant les événements indispensables à la compréhension de l’histoire, afin de le rendre plus accessible. Je pourrais décortiquer chaque scène mais ce n’est pas réellement le but du dossier, et je ne voudrais pas non plus gâcher votre plaisir d’interpréter ces nombreux éléments. Ainsi, je ne cherche pas la complexité mais la simplicité ! Mais je vous invite fortement à me faire part de vos interprétations en commentaires !

La bande-annonce du long-métrage :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s