Au revoir là-haut

au-revoir-la-haut.jpg

Fiche :  

Résumé : 

Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire…

Ma Critique : 

Adaptation du roman homonyme de Pierre Lemaitre (récompensé en 2013 par le prix de Goncourt), « Au revoir là-haut » est une comédie dramatique qui a été réalisée par Albert Dupontel. Egalement acteur, l’homme est accompagné au casting par Nahuel Perez Biscayart, Laurent Lafitte et la jeune Héloïse Blaster. Le long-métrage s’intéresse à la France des années folles en novembre 1919, où deux rescapés de la guerre décident de monter une entreprise dans le but d’arnaquer les mairies en vendant des monuments aux morts fictifs.  

Après « 9 mois ferme », « le Vilain » ou encore « Bernie », que vaut le sixième film d’Albert Dupontel ? Verdict d’après-séance dans cette nouvelle critique sur MediaShow !

Violence, Tendresse et Passion.

« Au revoir là-haut », c’est un projet très ambitieux et finalement un petit chef d’œuvre du cinéma français ! Et dire qu’il est assez rare de voir chez nous, en France, un tel niveau de maîtrise en terme de réalisation, d’univers, de décors, de casting, de personnages mais également d’effet spéciaux. La comédie dramatique d’Albert Dupontel est vraiment très complète, notamment avec cette histoire (tirée d’un roman) très passionnante, captivante et remplie d’émotions. N’ayant pas lu le roman, je ne peux m’affirmer sur l’exactitude de l’adaptation, mais quoiqu’il en soit le film est, selon mon avis, maîtrisé dans les moindres détails, notamment avec une touche humoristique vraiment divine et un travail d’écriture remarquable.

Tout d’abord, même si l’intrigue n’est pas forcément des plus exaltantes, la construction scénaristique d’Albert Dupontel nous permet d’être transporté au cœur de cette comédie avec une grande efficacité. De plus, en terme de rythme, c’est également bien géré avec des rebondissements farfelus et parfois étonnants. Puis, le scénario arrive à dépeindre l’horreur de cette terrible guerre des tranchées sous un réalisme unique et saisissant, tout en apportant des scènes poétiques remplies d’émotion, de sincérité et de douceur. En effet, l’univers proposée est pétillant, et fourmille d’inventions et de belles trouvailles, surtout sur la mise en scène qui est grandiose. Enfin, le film est composé de personnages originaux, notamment cet Edouard Péricourt présenté comme un véritable magicien qui, malgré son handicap, émerveillera notre regard et notre âme d’artiste.  

Une mise en scène époustouflante…

Epoustouflante pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour la créativité débordante du long-métrage, notamment sur les masques qui tiennent une place importante avec le personnage d’Edouard Péricourt défiguré pendant la guerre. La collection est magnifique, chaque masque étant porteur de l’humeur de cet homme et parfois certains étant énigmatiques. De la magie porté sur grand écran ! Cette créativité s’accompagne également d’une somptueuse photographie, de beaux costumes, ainsi que de beaux décors. D’autre part, le jeu de caméra est très bon (constamment en mouvement) et donne vie à l’univers du film. Puis, la bande originale est excellente. Enfin, en terme d’effet spéciaux, c’est une belle réussite et cela montre que le cinéma français a de véritables talents et surtout n’a rien à envier au Géant Américain. Rien à redire !

Et un jeu d’acteurs irréprochable !

Terminons, à notre habitude, par le casting. Qu’ils soient connues ou non, tous les acteurs excellent dans leurs rôles : l’audacieux et impitoyable Laurent Lafitte dans le rôle du Lieutenant Pradelle, le jeune et talentueux Nahuel Perez Biscayart dans le rôle d’Edouard Péricourt, l’excellent (et réalisateur) Albert Dupontel dans le rôle du modeste comptable Albert Maillard, l’étonnant Niels Arestrup dans le rôle d’un terrible père, ou encore la brillante gente féminine représentée par Emilie Dequenne, Mélanie Thierry et la jeune Héloïse Balster. Du talent pour tous !

Pour résumer… Adaptation du roman de Pierre Lemaitre, « Au revoir là-haut » est une véritable merveille du cinéma français. Albert Dupontel nous propose une excellente comédie dramatique, qui excelle sur tous les fronts : réalisation, univers, décors, casting, personnages mais également d’effet spéciaux. Une belle maîtrise scénaristique et visuelle à ne pas manquer ! 

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 4etoiles
Note pour la direction artistique : 4etoile12
Note pour le casting : 4etoiles

Note Globale :

17/20


La bande-annonce du film :
 

Publicités

2 commentaires

  1. Vous avez fort bien résumé ce film qui m’a véritablement subjugué .Le thème de la guerre 14/18 n’ayant pas beaucoup été exploité (si j’ose dire) au cinéma est fort bien traité et cette histoire farfelue,drôle (enfin ironique par instants) et dure et poétique m’a vraiment émue. Les plans sont bluffants et , notamment le plan séquence ou la caméra se faufile à travers les tranchées. Vous l’avez dit les acteurs et actrices du film sont tous excellents et , il est vrai que l’on aimerait voir un cinéma Français de ce niveau un peu plus souvent.On ne peut que remercier Albert Dupontel !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s