Bienvenue à Suburbicon

Suburbicon

Fiche :  

Résumé : 

Suburbicon est une paisible petite ville résidentielle aux maisons abordables et aux pelouses impeccablement entretenues, l’endroit parfait pour une vie de famille. Durant l’été 1959, tous les résidents semblent vivre leur rêve américain dans cette parcelle de paradis. Pourtant, sous cette apparente tranquillité, entre les murs de ces pavillons, se cache une réalité tout autre faite de mensonge, de trahison, de duperie et de violence… Bienvenue à Suburbicon.

Ma Critique : 

Réalisateur et acteur, George Clooney a su porter de nombreuses fois la double casquette. On pense notamment à « Monuments Men » en 2014, « Les Marches du Pouvoir » en 2011 ou encore « Good Night, and Good Luck » en 2006. Cette année, l’adepte du café Nespresso se lance dans son premier long-métrage dans lequel il ne fait pas l’acteur : « Bienvenue à Suburbicon ». L’homme est d’ailleurs entouré d’un casting qui lui est familier avec Matt Demon, Julianne Moore et Oscar Isaac.  

Après avoir tourné à quatre reprises sous la direction des frères Coen, George Clooney adapte donc à l’écran un de leurs scénarios. Entre comédie satirique et fond racial, quel est le résultat de « Bienvenue à Suburbicon » ? La réponse dans cette nouvelle critique sur MediaShow !

Un scénario un peu confus…

Le nouveau film de Georges Clooney se présente sous plusieurs identités. D’un côté, il s’agit d’une histoire policière s’intéressant à un conflit familial, accompagnée d’un véritable enchaînement de massacres réjouissant. De l’autre, nous faisons face à une comédie à l’humour noir et grinçant, avec en fond un environnement ségrégationniste. Pour cet aspect, le réalisateur s’est d’ailleurs inspiré de faits réels datant de 1957 lorsqu’une famille afro-américaine est venue s’installer à Levittown, une banlieue exclusivement blanche. Sur le papier et via sa bande-annonce, « Bienvenue à Suburbicon » avait matière à nous impressionner et nous divertir. Hélas, ce film deviendra rapidement oubliable en raison d’une mauvaise construction scénaristique et de nombreuses inégalités dans le rythme. Et malgré une bonne dose d’humour, le scénario manque clairement à l’appel.

En effet, l’histoire a beaucoup de mal à se lancer, sans présence de rebondissements ou de scènes utiles. Le démarrage est assez laborieux, bien que le générique du début reste efficace pour introduire la ville Suburbicon et le contexte historique. Rien de bien alléchant quoi ! La dernière demi-heure et le dénouement sont en revanche dynamiques et intrigants, avec un rythme beaucoup plus soutenu grâce aux différentes scènes d’action et de massacres. Mais le véritable problème du film, c’est la manière dont Georges Clooney à agencer l’histoire. D’un côté, son œuvre s’intéresse à une famille blanche, composée par Matt Demon et Julianne Moore. Violence, humour et véritable satire de l’Amérique. De l’autre, celle d’une famille noire, les Lodge, qui sont victimes d’ostracisme, mais dont les séquences ne sont pas exploitées correctement. Ce qui donne au final une sous-intrigue très mal liée avec l’histoire principale… Bref… Peu d’éléments marquants pour réussir à nous accrocher à l’intrigue… 

Une belle reconstitution de l’époque

Même si la mise en scène et la direction artistique ne sauvent pas forcément la mise d’un film, il faut tout de même saluer le très bon travail effectué pour celles de « Bienvenue à Suburbicon ». Ce n’est pas extraordinaire mais c’est tout de même honorable ! Tout d’abord, le générique de début est admirable. Ce dernier nous vante le charme et la tranquillité de la ville américaine, avec les nombreuses publicités de l’époque. Le rêve américain des années 50-60 dans toute sa splendeur : style d’habitat unique, rues propres, population blanche soudée, etc. On assiste donc à une belle reproduction de l’époque tout au long de l’histoire ! Cela passe également dans les costumes, qui sont aussi fidèles à l’atmosphère du film. Et enfin, la musique / bande sonore est également une réussite et contribue fortement à l’ambiance du film (violence, agression, etc.). 

Un très bon jeu d’acteur !

Pour terminer, George Clooney s’entoure d’un casting familier de l’univers des frères Coen. En effet, on pourra retrouver de nombreux acteurs ayant tournés sous leur direction : l’excellent Matt Demon (dans « True Gift »), la redoutable Julianne Moore (dans « The Big Lebowski ») qui incarne brillamment deux rôles dans ce long-métrage, ou encore l’audacieux Oscar Isaac (dans « Inside Llewyn Davis »). Ajoutons à cela le jeune et talentueux Noah Jupe dans son véritable premier rôle, ou encore le très bon duo composé par Glenn Flesher et Alex Hassell. Une belle brochette d’acteurs !

Pour résumer… Malgré une belle brochette d’acteurs et une excellente mise en scène, « Bienvenue à Suburbicon » n’arrivera pas à marquer les esprits en raison d’une construction scénaristique bancale et d’un rythme vraiment inégal. Réalisé par George Clooney, ce long-métrage demeure tout de même un polar comique divertissant et … c’est à peu près tout ! 

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 2etoiles12
Note pour la direction artistique : 3etoiles12
Note pour le casting : 3etoiles12

Note Globale :

12/20


La bande-annonce du film :
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s