La Forme de l’eau

affiche_theshapeofwater

Fiche : 

Résumé :

Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

Ma Critique :

La filmographie du célèbre réalisateur Guillermo Del Toro a clairement marqué ma culture cinématographique, et tout particulièrement celle sur les monstres (dans la même catégorie que « Le Bossu de Notre-Dame » par exemple). Je pense notamment à « Hellboy » en 2004 ou « Le Labyrinthe de Pan » en 2006. Son dernier film « Crimson Peak » m’avait également profondément marqué pour son habile mélange d’horreur et de romance. En 2018, le réalisateur revient en force avec « La Forme de l’eau », une fable fantastico-romantique. Lauréat du Lion d’Or au Festival de Venise 2017, le film a également récolté 2 Golden Globes (ceux du meilleur réalisateur et de la meilleure bande originale) ainsi que 13 nominations aux Oscars.

« La Forme de l’eau », c’est aussi la 7e collaboration entre Guillermo del Toro et Doug Jones, après « Hellboy » (dans le rôle de Abe Sapien), « Le Labyrinthe de Pan » (dans le rôle du faune) ou encore « Crimson Peak » (dans le rôle de Lady Sharpe). Verdict d’après-séance dans cette nouvelle critique sur MediaShow.

Une histoire monstrueuse !

Certainement la plus belle réalisation de Guillermo Del Toro, après « le Labyrinthe de Pan ». C’est un très belle fable, une version modernisée de « La Belle et la Bête » avec la touche très prononcée du réalisateur. En effet, après les nombreux polémiques de plagiat, il est vrai que le film est redevable d’un nombre important de références, mais ce dernier ne s’y noie absolument pas (quel jeu de mots…). Le film s’impose brillamment grâce à son univers singulier et débordant d’inventivité.

D’autre part, sur sa forme, le scénario proposé est assez simple mais très efficace, avec cette histoire d’amour entre une femme de ménage et un monstre aquatique. En effet, on devine très vite les enjeux du film ainsi que ceux des personnages, gentils et méchants. Mais, bien que la forme du scénario soit convenue, il demeure très envoûtant avec des personnages attachants, transmettant des émotions réelles. A noter que la véritable force de « La Force de l’eau » réside avant tout dans son fond scénaristique très poétique et captivant, reposant sur un fond historique (le conflit russe-américain durant la Guerre Froide).

Enfin, le film bénéficie d’une fluidité narrative impressionnante tout en proposant un contenu assez dense. Cela permet au réalisateur d’allier habilement différents genres, à savoir la romance, la satire, le fantastique, le drame et une touche d’espionnage. Bref… un scénario très complet et Guillermo Del Toro nous montre une nouvelle fois son fort attachement aux monstres, avec sincérité et respect.

Un rendu visuel incroyable.

Visuellement, « La Forme de l’eau » est juste incroyable et totalement immersif. On retrouve bien la patte artistique de Guillermo Del Toro : gothique, féerique et remplie d’imagination. Sur la mise en scène, il y a une approche très intéressante sur l’élément de l’eau avec cette belle métaphore entre l’eau et l’amour. De plus, j’apprécie tout particulièrement dans ce long-métrage le travail fourni sur les jeux de lumières : ce mélange subtil de lumière froide et chaude. On retrouve beaucoup d’idées visuelles intéressantes, notamment les scènes sous-marines. Ajoutons à cela l’Amphibien, qui est une créature monstrueusement belle, avec de magnifiques nuances de bleu. Dépourvu d’effets numériques, le costume est surprenant et franchement imposant. Enfin, la bande originale est agréable. Elle s’harmonise à merveille avec cette histoire romantique et reflète également le style du réalisateur.

Un duo romantique émouvant…

Au casting, Guillermo Del Toro sait s’entourer de bons acteurs. En héroïne, Sally Hawkins incarne la femme de ménage muette. La comédienne nous offre une belle prestation, intense et charismatique par le biais de son regard et de ses gestes. D’ailleurs, sa confrontation face au personnage de Michael Shannon est juste mémorable et très badass ! Face à elle, le méchant est donc incarné par Michael Shannon, un rôle qu’il côtoie souvent. Et une nouvelle fois, il propose une excellente interprétation avec une grande autorité. Enfin, parmi les rôles secondaires, Octavia Spenser est brillante (j’adore cette actrice depuis « Les Figures de l’Ombre »), Richard Jenkins est vraiment bon, sans oublier le fidèle Doug Jones encore une fois parfait dans le rôle du monstre : l’Amphibien.

Pour résumer… C’est le premier coup de cœur pour cette année 2018 : « La Forme de l’eau », réalisé par Guillermo Del Toro ! Une fable fantastico-romantique à la frontière artistique du gothique, avec des personnages attachants, une belle créature, une histoire simple mais efficace et un excellent casting ! A ne surtout pas manquer !

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 4etoiles
Note pour la direction artistique : 5etoiles
Note pour le casting : 5etoiles

Note Globale :

18/20

La bande-annonce du film :

Publicités

2 commentaires

  1. Je vous rejoins complètement au sujet de ce film. Un conte cruel et candide, portée par d’excellents acteurs (sans oublier LE maître Guillermo Del Toro !)

    Un hommage au cinéma de Jeunet et Caro entre autre mais dont Del Toro a su tirer profit sans s’oublier !

    Bref j’ai adoré !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s