Nobody

 

0328539

Fiche :   

Résumé : 

Hutch Mansell, un père et un mari frustré, totalement déconsidéré par sa famille, se contente d’encaisser les coups, sans jamais les rendre. Il n’est rien. Une nuit, alors que deux cambrioleurs pénètrent chez lui, il fait le choix de ne pas intervenir, plutôt que de risquer une escalade sanglante. Une décision qui le discrédite définitivement aux yeux de son fils Blake, et qui semble l’éloigner encore plus de sa femme Becca.
 
Cet incident réveille chez cet homme blessé des instincts larvés qui vont le propulser sur une voie violente, révélant des zones d’ombres et des compétences létales insoupçonnées. Dans une avalanche de coups de poings, de fusillades et de crissements de pneus, il va tout faire pour tirer sa famille des griffes d’un redoutable ennemi et s’assurer que, plus jamais, personne ne le prenne pour un moins que rien.

Ma Critique : 

Après le survolté « Hardcore Henry » en 2016 (tourné entièrement à la 1ère personne avec une GoPro), Ilya Naishuller signe son second long-métrage « Nobody », un film d’action plus classique mais bien plus jouissif. Tout comme de nombreuses productions, ce dernier a été reporté à plusieurs reprises en raison de la pandémie de Covid-19 avec une date de sortie initiale en août 2020.

Mené par le brillantissime Bob Odenkirk (le charismatique Saul Goodman) et accompagné du légendaire Christopher Lloyd, qu’en est-il de ce film action ? La réponse dans cette nouvelle critique sur le blog de MediaShow !

Nobody: Bob Odenkirk

Le frère de John Wick ?

Avec « Nobody », le réalisateur russe met en scène un père de famille frustré, Hutch Mansell, qui, après un violente altercation dans un bus, se retrouve confronté à un redouble ennemi, permettant ainsi de s’affirmer devant sa famille qui le déconsidère totalement. Dès l’apparition de l’élément déclencheur (scène du bus), le scénario a une forte ressemblance à celui des aventures de John Wick. Ce n’est pas un hasard puisque le scénariste de « Nobody » est celui des deux premiers volets de la saga. Pour autant, ce long-métrage arrive tout de même à se démarquer puisqu’il se prend moins au sérieux que la franchise « John Wick » avec un humour très décalé ainsi qu’un protagoniste sans morale et qui cache bien son jeu.

Après, on ne va pas se mentir, « Nobody » n’est autre qu’un gigantesque défouloir avec une bonne dose de violence mais, malgré cela, je me suis vraiment bien éclaté à le voir. Côté histoire, c’est donc très léger et il ne faut pas s’attendre à du grandiose. D’ailleurs, c’est dommage d’avoir proposé un format aussi court (à peine 1h30) car le scénario avait du potentiel comme développer davantage le passé du protagoniste, la relation avec sa famille ou encore les méchants. Pour autant, le film est bien rythmé avec une réalisation efficace et un dénouement qui pourrait peut-être présager un second volet si celui-ci rencontre un succès dans les salles obscures.

Nobody: Bob Odenkirk

Quelques trouvailles…

Côté mise en scène, « Nobody » propose quelques idées visuelles originales : la scène d’introduction répétitive pour illustrer la vie banale de Hutch ou bien le coup de la petite paille pour « sauver » le gars du bus. Autrement, le film repose essentiellement sur des scènes d’action bien sanglantes accompagnées d’une bande originale décalée (du Nina Simone en pleine baston… pourquoi pas !). De plus, il y a un bon enchaînement des scènes de combat et on pourra saluer l’effort sur l’écriture esthétique. Bien évidemment, le film n’atteint pas l’excellence de « John Wick » en terme d’action mais il reste plus qu’honorable et bien supérieur à d’autres blockbusters américains dans le registre.

Appeler Saul Goodman !

Fini la carrière d’avocat dans « Breaking Bad »… place à la baston pour Bob Odenkirk qui joue le rôle de Hutch Mansell. L’acteur livre une interprétation crédible et honorable. Il est accompagné du cultissime Christopher Lloyd qui, lui aussi, cache bien son jeu dans le rôle du père que Hutch. Il apporte une touche comique à l’histoire très appréciable. Mais également de Robert Fitzgerald Diggs, alias RZA, qui est également convaincant. Face à lui, c’est Aleksey Serebryakov qui, malgré un personnage peu approfondi, fait preuve de charisme dans le rôle du méchant russe Yulian.

Nobody: Bob Odenkirk, Aleksey Serebryakov, Neil Davison

Pour résumer… Réalisé par Ilya Naishuller (à qui l’on doit « Hardcore Henry »), le film d’action « Nobody » se révèle fort divertissant et, malgré un scénario un peu léger, il repose sur une mise en scène explosive et un casting brillamment mené par Bob Odenkirk !

TOI AUSSI PARTAGE TON AVIS SUR LE FILM DANS LES COMMENTAIRES DE L’ARTICLE ! 🙂

Note pour le scénario : 3etoiles
Note pour la mise en scène : 3etoiles12
Note pour le casting : 3etoiles12

Note Globale :

14/20


La bande-annonce du film :
 

XXXX

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.